Nl
Close

MEDIA

Trop is te veel, par Griet Byl (MM)

Vendredi 24 Novembre 2017

Trop is te veel, par Griet Byl (MM)

Lundi dernier, le Vlaamse Regulator voor de Media organisait son symposium annuel. Que du beau monde, tant du côté des orateurs que parmi les participants. Logique, car les sujets annoncés étaient fort intéressants et très pertinents. Ainsi, le panel du débat, dans lequel siégeait entre autres Peter Quaghebeur, CEO de SBS, s’est penché sur le rôle que peuvent encore jouer les médias "traditionnels" dans le nouveau contexte d’habitudes de consommation changeantes. Notamment auprès des jeunes qui, d’après plusieurs études souffrent souvent de "digibésité" jusqu’à l’âge de 20 ans, consommant des médias jusqu’à neuf heures par jour. Impossible à comprendre d’ailleurs comment ils y parviennent, mais ça c’est une autre histoire. Ce qui est sûr, c’est que ça frôle l’indigestion et ce qui importe, pour les acteurs locaux, c’est de faire face aux grands méchants loups d’Outre-Atlantique qui dévorent de plus en plus ce temps média.

En guise de conclusion, les organisateurs avaient invité le Ministre des médias flamand, Sven Gatz. Orateur doué, il eut toutefois la maladresse de citer RTL comme l’une des chaînes étrangères présentes en Belgique. Bout de phrase qui ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd et qui fit avaler de travers les équipes de Philippe Delusinne, qui doivent faire face à l’appétit de l’ogre français. Evidemment, ce n’était sans doute pas l’exemple le mieux choisi et étant donné la réalité du marché, pas tout à fait correct non plus. Mais l’essentiel n’était pas là, Gatz voulant répéter à quel point il est important de miser sur le contenu local pour stopper dans la mesure du possible l’hémorragie des revenus publicitaires et leur fuite vers l’étranger. Le ministre compte à cet effet d’ailleurs prendre un certain nombre de mesures, comme par exemple à obliger les acteurs concernés à contribuer au financement du contenu local. A voir s'il ne pèche pas par excès d’ambition.

De notre côté, nous avons retenu une autre évolution intéressante pour les bonzes de la télé, quel que soit le côté de la frontière où ils se trouvent. Le professeur Lieven De Marez de l’UGent précisa en effet que l’irritation engendrée par la publicité télévisée a baissé ces quatre dernières années. Est-ce un signe d’accoutumance ? La publicité serait-elle devenue plus supportable ? Ou est-ce que cette meilleure acceptation s’explique tout simplement par le fait qu’un nombre croissant de téléspectateurs regardent en différé, et doivent donc se farcir nettement moins de publicités ?

Ce qui est sûr, c’est que le déploiement imminent de la publicité ciblée s’il se fait de façon intelligente et respectueuse, est susceptible de réduire encore l’irritation causée par la pub. A condition d’éviter soigneusement le bête retargeting auquel nous a habitués l’Internet. Espérons également que l’accord tant attendu entre les opérateurs TV et les distributeurs qui doit régler le problème de la pub dans le contexte du time shifted viewing, ira dans le bon sens, parce qu’avec les fêtes de fin d’année en perspective, nous ne pouvons que répéter à quel point l’excès est nuisible.

Archive / MEDIA