FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Un truc de con·ne·s, par Fred Bouchar (MM)

Samedi 18 Novembre 2017


Un truc de con·ne·s, par Fred Bouchar (MM)
Cher·e·s ami·e·s, cher·e·s lecteur·rice·s, vous ne le saviez pas mais pendant que vous brunchez tranquillement en famille ou avec vos ami·e·s, « la langue française se trouve en péril mortel ». Ce péril a un nom. Il s'appelle l'écriture inclusive.

Pour celles et ceux qui l’ignorent encore, ce mode d'écriture qui fait un peu polémique, vise à féminiser la grammaire, notamment en plaçant à la fin des mots, quand c'est nécessaire, la terminaison du féminin entre point milieu. Je n’ai pas encore tout compris, je l’avoue, mais je vous renvoie au site ecriture-inclusive.fr si vous voulez en savoir plus... En attendant, pour faire simple, disons que "les Immortels" de l'Académie française (parlant de ces dames et messieurs menacé·e·s de mort) devrait s'écrire "les Immortel·le·s".
 
Pour les tenants (devrait-on écrire tenant·e·s ?) de l'écriture inclusive, tout part des représentations auxquelles les citoyen·ne·s sont constamment exposé·e·s. Lesquelles renforcent les inégalités entre les femmes et les hommes : le masculin prévaut dans la langue française, pas étonnant dès lors qu'il prédomine aussi socialement. Ainsi, notre langue participerait de la construction, de l'intériorisation et de la perpétuation de stéréotypes de sexe. Boum !
 
Les opposants (opposant·e·s ?) à l'écriture inclusive évoquent « une agression de la syntaxe par l'égalitarisme, un peu comme une lacération de la Joconde mais avec un couteau issu du commerce équitable » (dixit le philosophe Raphaël Enthoven) ou, pour reprendre les griefs de l’Académie française, « la démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu'elle induit, aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l'illisibilité ». Reboum !
 
Cher·e·s ami·e·s auteur·e·s, et surtout vous, cher·e·s consoeurs et confrères rédacteur·ice·s, que vous soyez sensibles aux arguments des un·e·s ou des autres, imaginez ce qui vous attend ! Comme moi, qui peste en ce moment sur la fonction option+maj+f de mon clavier Mac (ah ! ah !) et sur la justesse grammaticale de ce que j’écris, imaginez le temps passé à taper vos textes, vous relire…
 
Imaginez que votre rédacteur·rice en chef (ou cheffe ?), votre client·e annonceur·e, votre directeur·rice de création vous demandent d’adapter articles, copies, mailings et présentations urgents (ou urgentes ?) à l’aune de l’écriture inclusive.
 
2.000 signes, avec ou sans point milieu ?
 
Imaginez aussi ce qui attend vos collègues néerlandophones qui traduisent et adaptent vos textes !
 
Plus fondamentalement, allons-nous devoir revoir nos slogans pubs. "On se lève toutes et tous pour Dannette" ? Adapter le nom de certaines marques en fonction des sexes : des Mars pour les hommes et des Venus pour les femmes ?
 
Finalement, ne devrait-on pas bannir tous les textes (nom masculin) et privilégier les photos ou la vidéo (noms féminins) ? A moins de généraliser l'usage de la langue anglaise ?
 



ARCHIVE / CREATIONS






INTERVIEW

Michel Dupont (Transfer) : « Cela ne m'étonnerait pas que les annonceurs supplient un jour TF1 d'accepter leurs spots »

Michel Dupont (Transfer) : « Cela ne m'étonnerait pas que les annonceurs supplient un jour TF1 d'accepter leurs spots »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier