Nl
Close

ASSOCIATIONS

L'UBA se prononce sur des règles plus strictes en matière de vie privée

Mardi 4 Avril 2017

Suite à la General Data Protection Regulation, la législation européenne qui définit les directives concernant la collecte, la sauvegarde et l’utilisation des données personnelles, ainsi qu’à une nouvelle version de la "ePrivacy Regulation", destinée à renforcer les règles pour les entreprises technologiques et télécom sur la communication en ligne, l'UBA, en concertation avec la WFA (World Federation of Advertisers), a partagé le point de vue des annonceurs avec les instances régulatrices.
 
L'UBA explique notamment qu'elle soutient la prise de position de la Commission de permettre aux consommateurs de faire un choix documenté sur la façon dont leurs données sont utilisées à des fins publicitaires, mais ne pense pas que le législateur puisse prescrire pour autant, d'une façon univoque, toutes les modalités pratiques liées à la permission requise afin d’utiliser les données en question. « Des recherches d’utilisateurs s’imposent afin d’éviter que la permission ne se réduise à un exercice de "box- ticking". Dans de nombreux cas, la façon de donner cette permission dépendra du contexte. Sans oublier, évidemment, que la technologie est en évolution perpétuelle et exige donc une adaptation continue… C'est pourquoi, nous recommandons une analyse et des tests détaillés afin d’implémenter les méthodes les plus effectives et efficaces », soulignent entre autres les deux associations professionnelles.
 
Par ailleurs, l'UBA pense que les annonceurs ne sont pas prêts à souscrire aux propositions qui permettraient d’activer une option "Do Not Track", applicable partout… « La publicité co-finance en grande partie le contenu online et des services web comme le mail gratuit, les médias sociaux et les moteurs de recherche. Des services payants alternatifs sont évidemment disponibles, mais des recherches démontrent que la plupart des consommateurs préfèrent des modèles gratuits avec de la pub. Les consommateurs doivent être en mesure de choisir en connaissance de cause. »
 
Enfin, l’UBA se prononce également sur les exceptions faites pour les "website analytics", dont les annonceurs ont besoin afin de pouvoir évaluer leurs campagnes. Celles-ci doivent être élargies et ne pas se limiter à la première expertise commandée. 

Archive / ASSOCIATIONS