FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Stefan Tieleman (Viceland Benelux), à propos de la nouvelle chaîne pour les Millennials

Vendredi 10 Mars 2017


Stefan Tieleman (Viceland Benelux), à propos de la nouvelle chaîne pour les Millennials
Viceland, la chaîne internationale du groupe Vice, a commencé à diffuser en Flandre le 1er mars. La programmation de cette télévision linéaire est un subtil mélange de musique, cuisine, technologies, mode, etc. Avec une dimensions "sex, drugs and rock n roll". Nous avons rencontré Stefan Tieleman, General Manager de Viceland Benelux, qui nous évoque l'ADN de Viceland.

Pourquoi lancer aujourd’hui une chaîne linéaire ?

La télévision était le chaînon manquant dans le modèle de Vice. Notre stratégie consiste à exploiter toutes les plateformes pour servir notre public-cible. En même temps, je pense que la télévision permet encore d’acquérir une belle part de marché. N’oubliez pas que le Millennial moyen regarde la télévision pendant plus de deux heures par jour. Par ailleurs, les lancements dans les autres pays ont montré que nous parvenions à toucher notre cible et à l’élargir encore.

Est-ce aussi dû au fait que les annonceurs continuent à accorder plus de valeur à la télévision qu’au digital ?

Viceland est une entreprise commerciale, mais ce n’est pas ce qui a motivé notre décision de faire de la télévision. Nous voulions tout simplement être présents dans ce média pour servir là aussi notre public. Les principaux revenus procèdent des spots publicitaires, mais nous-mêmes et notre régie Transfer sommes ouverts aux partenariats avec des annonceurs pour offrir du contenu de marque, de la publicité native, pour parrainer des programmes, etc. Nous relevons de la législation britannique relative à la publicité et aux médias, et les règles ne sont donc pas les mêmes qu’en Belgique. Tout ce qui la loi autorise est pris en compte.

Quels sont les premiers résultats du lancement de Viceland en Flandre ?

Pendant les trois premiers mois, notre chaîne sera disponible en exclusivité sur Telenet, ensuite elle sera aussi distribuée par Proximus pour couvrir tout le territoire belge. Telenet nous a communiqué que la chaîne avait touché 110.000 téléspectateurs uniques le premier jour, surtout des hommes des classes sociales supérieures. Nos contenus conviennent aussi bien aux hommes qu’aux femmes, mais il apparaît que notre audience est essentiellement masculine. Nous sommes en tout cas satisfaits des chiffres obtenus jusqu’ici et espérons qu’ils vont augmenter.

La programmation est très internationale et n’inclut qu’une seule émission produite en Belgique. Est-ce que les formats locaux vont se multiplier à terme ?

"Census Belgique", un documentaire sur l’univers des jeunes Belges, est en effet notre seule émission locale pour l'instant. Nous sommes en train d’examiner ce que nous pouvons encore acheter pour le marché belge afin de donner une couleur plus locale à la chaîne. Cela dit, l’accent continuera à être mis sur les contenus internationaux, réalisés aux États-Unis et au Royaume-Uni, et qui ont également servi pour les lancements dans d’autres pays. Par ailleurs, nous intercalons entre les programmes et les écrans publicitaires des séquences de contenus locaux afin de resserrer les liens avec les téléspectateurs belges.

En quoi consiste la stratégie en ligne de Viceland ?

Nous nous concentrons pour l’instant sur le lancement de la chaîne linéaire, mais à terme nous allons aussi investir la Toile. Nous pourrions créer nos propres canaux ou utiliser ceux de tiers, à condition qu’ils cadrent avec les contrats que nous avons conclus avec nos distributeurs.

Vice a ouvert dernièrement un bureau à Bruxelles. Quelles sont les activités médias locales que celui-ci compte déployer ?

Le bureau est dirigé par Malik Azzouzi, qui travaillait auparavant chez Twitter Benelux. Il explore actuellement le marché belge. Je peux déjà vous annoncer que nous mettrons sur pied encore cette année deux plateformes en ligne en Belgique : Vice.com/be et la plateforme musicale Noisey Belgium. Ces pages seront gérées par une équipe de rédaction locale basée à Bruxelles.
 



ARCHIVE / MEDIA - AUDIOVISUAL






INTERVIEW

Vicky Willems et Jean-Marie Margrève (Strategie): « Quand le coeur donne la direction, la tête suit tout naturellement »

Vicky Willems et Jean-Marie Margrève (Strategie): « Quand le coeur donne la direction, la tête suit tout naturellement »



DOSSIER  



Merit Awards 2019 : les lauréats et les finalistes   


Cette année, aux côtés de la rédaction de MM et sous la présidence de Mieke Debeerts (Chief Customer Experience & Marketing Communications Officer, Belfius), le jury des Merit Awards 2019 a...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Pour s'affranchir des stéréotypes publicitaires  


Ces dernières années, de nouvelles dynamiques publicitaires émergent en miroir de la société. Initiées notamment par des groupes comme Unilever et P&G, elles contribuent à montrer les différentes...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier