Nl
Close

CANNES LIONS 2015

Saatchi & Saatchi New Directors' Showcase : le nouveau western

Jeudi 25 Juin 2015

Saatchi & Saatchi New Directors' Showcase : le nouveau western

Pour le 25ème anniversaire du Saatchi & Saatchi New Directors' Showcase, pas de mise en scène époustouflante, ni de jeux de lumières, d'effets stroboscopiques inutiles ou de pin-up qui sort du gâteau en carton. Le mot d'ordre était simplicité, à l'image de Bob Isherwood, se baladant en jeans et chemise blanche, serrant les mains par-ci par là, embrassant la gente féminine, et prenant place parmi les spectateurs lambda.

Qui dit anniversaire, dit quelque chose de spécial. Ce quelque chose fut un film de  25 minutes, en fait 25 films de 60", réalisés par les 25 plus iconiques réalisateurs des éditions précédentes. Outre le format de 60", les règles étaient simples : finir le film avec un élément clé faisant référence à leur film original passé dans le showcase et commencer le film avec l'élément clé du film précédent le leur.

L'honneur de commencer ce medley revint à Daniel Kleinman, isuivi par Dawn Shadforth, Floria Sigismondi, Jonathan Glazer, Michel Gondry, Ivan Zachariàs, Traktor, Dante Ariola, Ringan Ledwidge, Antoine, Bardou-Jacquet, Carl Erik Rinsh, Noam Murro, Tim Bullock, Dougal Wilson, Jame Rouse, Jamie Rafn, Fredrik Bond, Philippe André, Jake Scott, Ne-o, David Wilson, Daniel Wolfe, Ilya Naishuller, Vania Heymann et enfin, Charlie Robins. Cette œuvre commune n'eut et n'aura l'honneur que d'une seule et unique projection. Pas de chance pour les absents.

Quant au New Directors' Showcase proprement dit, il fut moins applaudi que les autres années et, franchement, d'un niveau plus que moyen. Pas de vraie nouveauté, de new trends, de réelles surprises. De très bons films, de très moyens, d'autres franchement mauvais. Pas de sifflements, mais des silences qui en disent longs… Nous avons pourtant épinglé quelques films qui valent la peine d'être vus, comme The Bug "Function/Void" réalisé par Factory Fifteen, cet amusant spot 3D "JohnnyExpress" de Kyungmin Woo, ce surprenant DyE "She's Bad" de Dent de Cuir et ce superbe Siska "Unconditional Rebel" de Guillaume Panareillo - 3 minutes 28 d'un plan séquence tourné avec une caméra ultra high speed à 1.000 images par seconde.

Nous avons gardé pour la fin le meilleur, et de très loin : "The Gunfighter" réalisé par Eric Kissack. Son script, son idée de voix off qui interagit avec les acteurs et sa réalisation parfaite lui valurent amplement les applaudissements nourris d'une salle tombée sous le charme de cette histoire de cow-boy extraordinaire.

Pour paraphraser Peter Baert : "Western is dead. Long life western !"

Archive / CANNES LIONS 2015