FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Vincent De Coster et Philippe Orlent : les Blue Bees font leur nid chez les entrepreneurs

Jeudi 29 Janvier 2015


Vincent De Coster et Philippe Orlent : les Blue Bees font leur nid chez les entrepreneurs
Fin 2013, Truvo lançait une agence de communication spécifiquement centrée sur les PME. Blue Bees a connu en 2014 une forte croissance, tant au niveau du chiffre d’affaires que du nombre de clients et de collaborateurs. Une réussite qui n’a pas échappé à plusieurs agences traditionnelles., respectivement Managing Director et Creative Director de l'agence, dressent un premier bilan.
 
Voici un an, Blue Bees voyait le jour comme agence dédiée aux PME. Le positionnement est-il resté le même ?
 
Philippe Orlent : Au départ, nous nous étions positionnés comme l’agence de toutes les PME. Cela allait de la moyenne entreprise au petit fleuriste. Il nous est rapidement apparu que la plupart des PME souhaitaient une approche sur mesure au niveau de la communication. Nous nous sommes d’abord adressés aux entreprises plus petites, puis aux moyennes, pour aller ensuite vers les grandes PME. Il s’agit en réalité de grandes entreprises qui n’apprécient plus vraiment l’étiquette de PME. Le plus grand commun dénominateur entre les sociétés qui figurent dans notre portefeuille clients est l’esprit d’entreprise. Nous avons constaté que ce sont surtout les moyennes entreprises qui trouvent notre discours intéressant pour leurs objectifs commerciaux. Jusqu’à récemment, seuls les grands clients étaient intéressants pour les agences et les entreprises de taille plus réduite leurs semblaient moins attirantes à cause des marges plus petites. Mais cela a commencé à changer.

Vincent De Coster : Le postulat de départ de notre maison-mère Truvo lors de la création de Blue Bees était que parmi les 60.000 clients desservis via les Pages d’or, il en existait une centaine ayant des attentes plus importantes en matière de communication. Blue Bees peut être l’agence one stop pour ces PME. Nous centralisons leur communication de manière professionnelle et ce dans un discours 360°. C’est d’ailleurs complémentaire aux Pages d’Or, un acteur qui propose des solutions sur mesure aux PME, tandis que Blue Bees est une agence offrant une large panoplie de techniques et de canaux de communication.

Avec quelles agences travaillaient auparavant les clients actuels de Blue Bees ?

PO : Les petites entreprises travaillaient avec de petites structures qui avaient développé une certaine habileté dans la conception graphique. Les moyennes entreprises faisaient appel à des agences locales et les grandes à des agences moyennes. Et elles n’étaient pas nécessairement toujours satisfaites de leurs services.
 
Vous avez remarqué que de plus en plus de grandes agences s’intéressent à ces PME ?

PO : Nous sommes fiers de notre parcours, mais nous ne jouons pas trop les fanfarons. Nous voyons des collègues s’engouffrer dans le même créneau, même des agences plus importantes. Je pense notamment au lancement de TBWA\Antwerp. La concurrence ne va pas faiblir, car il s’agit d’un segment où il y a encore clairement quelque chose à faire. Les grands annonceurs travaillent avec les grandes agences et si vous ne faites pas partie d’un réseau international, vous n’avez aucune chance de participer aux compétitions. Il existe un grand potentiel dans le segment médian en Belgique. Cela demande une approche spécifique et nous pensons que nous possédons à ce niveau un know how plus important que des agences plus grandes, qui ont quand même une autre manière de travailler.

Quel bilan dressez-vous de cette première année d’existence de Blue Bees?
 
VDC : Nous avons démarré avec quatre collaborateurs et aujourd’hui nous sommes 18. Le but est d’avoir un effectif de 25 personnes pour le deuxième semestre. Nous avons placé la barre très haut pour 2015 en ce qui concerne les objectifs. En l’espace d’une année, nous avons réussi à convaincre 70 clients de travailler avec nous (dont Partenamut, DHL, Portabel, etc., ndlr.). Cette année, nous voulons élargir notre portefeuille en attirant quelques entreprises importantes de plus via pagesdor.be. Nous avons réalisé un chiffre d’affaires de deux millions d’euros en 2014 et pour 2015, nous visons une croissance à deux chiffres. Ce qui se fera principalement via le digital, lequel est au centre de notre discours. Le digital offre en effet de nombreux avantages pour le type de clients que nous approchons : c’est mesurable et l’investissement de départ reste abordable. Ce n’est pas un hasard si nous venons de publier un premier Digital Trend Rapport pour 2015. Cela peut aider les clients à établir et peaufiner leur plan de communication.
 
 

Un projet marketing en tête ? Rechercher une agence


ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION

JOBS


INTERVIEW

ADVERTORIAL - Le MovieMatch de Catherine Closset (BNP Paribas Fortis)

ADVERTORIAL - Le MovieMatch de Catherine Closset (BNP Paribas Fortis)



DOSSIER  



B2B Press & Communication Awards : Les lauréats  


Quelque 200 personnes ont assisté hier soir à la troisième soirée de gala des B2B Press & Communication Awards qui se déroulait à Bozar. Parmi les 11 prix décernés par le Jury de Stephan Salberter...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


IAB MIXX 2016 : les cases en or  


Cette année, le jury des IAB MIXX Awards a décerné sept Gold. Ceux-ci couronnent autant de campagnes et d'annonceurs différents, et cinq agences.

Zoom sur ces campagnes en or pour VOO, Visit...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Netvertising : Prière de ne pas déranger !  


On savait déjà que la publicité dérange les internautes, mais pas dans les proportions révélées dans une étude récemment menée par l'agence média Space. Et certains formats considérés comme très...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier