FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Griet Cattaert (JBC) : « Nous sommes la première chaîne de vêtement en Belgique à lancer une ligne en Cradle to Cradle. »

Vendredi 10 Octobre 2014


Griet Cattaert (JBC) : « Nous sommes la première chaîne de vêtement en Belgique à lancer une ligne en Cradle to Cradle. »
La marque belge de vêtement JBC a présenté cette semaine sa nouvelle collection. Baptisée Revive, cette ligne temporaire est produite et distribuée selon le concept Cradle to Cradle, une approche nouvelle de création et de production durable. Griet Cattaert, CSR Manager chez JBC, nous présente le projet.

Comment JBC va-t-elle appliquer le concept Cradle to Cradle à sa collection ?

L’été dernier JBC a pris la décision d’utiliser le système Cradle to Cradle (littéralement, du berceau au berceau, ndlr). Il s’agit d’un nouveau business model, du passage d’un système de production linéaire à un système de recyclage dans lequel, entre autres, tous les matériaux utilisés pendant le processus de production sont réutilisés. C’est en fait une nouvelle approche de la durabilité. Il y a cinq niveaux différents dans le système - du Basic au Platine - et nous avons obtenu le certificat de base. Nous allons l’appliquer à notre nouvelle collection Revive, une ligne d’habillement de 13 éléments pour sportifs amateurs, hommes et femmes. L’application du système Cradle to Cradle demande une collaboration plus étroite entre toutes les personnes ayant un lien avec l’entreprise, des fournisseurs au consommateur. C’est un système de cycle, donc le vêtement doit à terme revenir en magasin afin d’être à nouveau réintroduit dans le circuit. Les consommateurs qui achètent des pièces de cette collection, sont en tous cas suivis via les cartes clients, et nous nous efforcerons de leur envoyer une information détaillée sur leur achat.
 
C’est une première, l’utilisation de ce système C2C, pour un distributeur ?

Nous sommes en effet la première chaîne d’habillement en Belgique à lancer une ligne de vêtements sur base de ce principe. La marque Puma s’implique également, mais même de grandes chaînes comme H&M et C&A ne l’appliquent pas encore. En Belgique, des sociétés comme Ecover, Jules Clarysse et Saint-Gobain ont franchi le pas. C2C se distingue des autres programmes de développement durable par le fait qu’il n’a pas uniquement pour objectif de réduire l’impact négatif, mais aussi de créer une plus-value pour les gens et l’environnement grâce à des produits développés de manière qualitative. L’empreinte écologique négative se transforme en une empreinte positive. C’est une nouvelle étape dans notre projet d’entreprise durable, une dimension dans laquelle nous avons toujours été innovants. L’entreprise familiale prend de nombreuses initiatives en matière d’entrepreneuriat socialement responsable. Nous sommes par exemple le seul distributeur belge à avoir signé l’'Accord on Fire and Safety Building', lancé après la catastrophe de Rana Plaza au Bangladesh pour éviter que de telles catastrophes puissent encore se reproduire. Nous avons également un code de conduite en ce qui concerne les normes locales et internationales et les conditions de travail. Chaque fournisseur doit signer ce code avant de pouvoir produire pour JBC.

Le C2C aura-t-il un impact sur le prix des vêtements ?
 
Produire selon ce principe a naturellement un prix, mais nous ne le facturons pas entièrement au consommateur. C’est une responsabilité partagée. Les vêtements sont un peu plus chers que pour les collections régulières, mais il s’agit toujours d’une ligne de sport bon marché. Un sweater coûte par exemple 39,9 euros et un T-shirt 19,9 euros. C’est en tous cas une vision à long terme. Nous prévoyons le lancement d’une nouvelle collection l’année prochaine.
 
Quid de la communication ?
 

La collection est dans les magasins depuis cette semaine et nous diffusons de l’information via nos folders, mais nous n’avons pas prévu de grande campagne. Nous avons travaillé avec l’agence de marketing sportif Golazo et leur division Team Energy (un collectif qui rassemble des (ex-)athlètes de haut niveau et des coaches, ndlr). Les anciens sportifs Kim Clijsters, Sven Nys, Hans Van Alphen et Evi Van Acker sont les modèles de la collection. L’idée de sportifs expérimentés passant le flambeau à des jeunes s’inscrit bien dans notre discours.
 



ARCHIVE / BRANDS - LAUNCH

JOBS


INTERVIEW

Jasper Van Zandbeek : « Le marketing de contenu se développe partout »

Jasper Van Zandbeek : « Le marketing de contenu se développe partout »



DOSSIER  



Jyske Bank TV ou le mariage insolite entre une banque et un média  


En 2008, une banque danoise décidait de lancer sa propre chaîne de télévision pour produire au quotidien des informations écofi. Aujourd’hui, Jyske Bank TV est devenue un cas d’école. 

Avant...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Le placement de produit face à l'avalanche des contenus  


A l’heure où quantité de grands annonceurs se mettent à produire leurs propres contenus, on peut se demander où en est le placement de produit traditionnel. Devons-nous suivre l’exemple des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les nombreux défis de l'ethnomarketing  


La population belge compte de plus en plus de personnes d’origine non occidentale. Une évolution qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des entreprises et responsables marketing, comme en...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier