FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Jens Mortier : « Une crise est un moment idéal pour réfléchir »

Jeudi 15 Mai 2014


Jens Mortier : « Une crise est un moment idéal pour réfléchir »
Il y a quelques jours, à l’issue d’une AG extraordinaire, les membres du CCB ont décidé de mettre les activités du Club en sommeil jusqu’en septembre pour lui permettre d’alléger ses charges et, plus fondamentalement, d’orchestrer sa refondation. Car au-delà des difficultés financières que traverse le Club, c’est son rôle qui doit être revu, comme l’explique Jens Mortier (mortierbrigade), président du CCB.
 
Le Gala est à nouveau un succès et pourtant, l’existence même du Club est en question. Les finances sont dans le rouge, Terry Focant et Claire Sels ont été licenciées (à leur demande)… Comment en est-on arrivé là ?
 

Le Club a 30 ans. Lorsque j’ai été élu président, il y avait beaucoup de projets qui requéraient de l’attention. J’ai alors défini, pour moi-même, trois piliers prioritaires : l’excellence, l’éducation et l’entrepreneuriat. Une des choses les plus importantes sur lesquelles nous avons travaillé au cours des dernières années, ce sont les awards. Nous avons accordé beaucoup d’attention à son caractère prestigieux, notamment en adoptant le système cannois des catégories, en élargissant les jurys, en donnant plus de rayonnement au Gala… D’un événement déficitaire réunissant 500 personnes, nous sommes passés à l’événement publicitaire de l’année adoubé par quelque 1.200 participants. Mais nous avons peut-être accordé trop peu d’attention aux deux autres piliers. Lorsqu’il est apparu que les inscriptions aux Awards avaient rapporté 30.000 euros de moins que l’an dernier, il est devenu évident que nous allions connaître des problèmes. Heureusement nous avons pu combler le trou, mais de telles situations de crise incitent naturellement à la réflexion, et c’est ce que nous faisons.
 
Quelles pistes avez-vous décidé de suivre ?
 
Comme je l’ai dit, nous avons accordé trop d’attention aux awards et nous devons élargir le reste des activités. Parmi les nombreuses pistes étudiées, nous pensons notamment à multiplier les rencontres entre les membres. Par exemple à l’occasion d’événements plus restreints, autour de la créativité, avec des orateurs surprenants comme Wim Delvoye ou Michaël Borremans, par exemple. Mais pas trop souvent non plus, car l’offre est déjà abondante.
 
Chacun est convaincu de l’importance du Club, mais plusieurs voix s’élèvent pour suggérer de serrer les liens avec l’ACC. Qu’en pensez-vous ?
 
Il est exact que le CCB peut s’inspirer de la manière professionnelle dont l’ACC travaille. C’est ce que nous allons faire avec la mise en place de centres de compétence et un board élargi. Il y a aussi des projets que nous pourrions développer ensemble. J’en ai parlé avec Johan Vandepoel et Pieter Goiris (respectivement CEO et président de l’ACC, nldr). Pour autant, nous avons chacun notre spécificité. Le CCB s’occupe clairement de la créativité pour les marques et veut inspirer ses membres, les inciter à placer la barre toujours plus haut. Générer davantage de business n’entre pas dans nos priorités.
 
Les membres ne devraient-ils pas jouer un rôle plus important dans le fonctionnement du Club ?
 
Nous misons sur les bonnes volontés pour les projets qui vont mobiliser les nouveaux centres de compétence dans les semaines à venir. Qu’il s’agisse des awards, de l’éducation, de l’affiliation, du sponsoring… Il faut susciter l’implication, partager et confier ces dossiers à des groupes de personnes familiarisées avec ces matières. Si les membres s’investissent, l’implication grandit ipso facto. J’invite d’ailleurs tous ceux qui ont des idées à les partager avec nous. Nous devons à nouveau être fiers d’être membres du CCB. Et mieux propager la crédibilité que nous avons conquise au niveau créatif, également en dehors de notre petite communauté créative.
 
Terry Focant et Claire Sels vont passer le flambeau à un nouveau Managing Director. Quel devra être son profil ?
 

Il doit s’agir d’un entrepreneur, qui peut convertir des idées en actions. Pas nécessairement un créatif, mais quelqu’un qui est en phase avec le métier. Il devra posséder un feeling commercial et un talent organisationnel, mettre suffisamment de poids dans la balance pour être pris au sérieux.
 



ARCHIVE / ASSOCIATIONS

JOBS


INTERVIEW

Vivian Schiller (Weber Shandwick) : De nos jours, le vrai ou le faux est plus une question d'émotions que de faits  

Vivian Schiller (Weber Shandwick) : De nos jours, le vrai ou le faux est plus une question d'émotions que de faits  



DOSSIER  



Les médias peuvent-ils s'inspirer de l'industrie du X?  


Le digital a donné des ailes au business du "divertissement pour adulte". Les techniques d'affiliate marketing, les vidéos 360°, la réalité augmentée et virtuelle, l'IoT n'ont plus de secret pour...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les sociétés d'audit à la conquête de la pub   


Ces dernières années, les Big Five n’hésitent pas à ouvrir leur bourse pour racheter toutes sortes d’agences digitales, créatives et de design de services sur les grands marchés. Les Deloitte...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Kantar TNS - Connected Life 2017 : mode d'emploi pour le futur  


Ceux qui ne connaissent pas l’étude barométrique de Kantar TNS ont doublement tort : ses indicateurs éclairent de façon actualisée sur les tendances concrètes liées aux connexions entre...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier