FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Alex Thoré (Magis Company) : « Ma potion magique, c'est le positivisme et les résultats »

Samedi 16 Juin 2018


Alex Thoré (Magis Company) : « Ma potion magique, c'est le positivisme et les résultats »
Fin de ce mois et après cinq années passées chez Proximus, Alex Thoré quittera ses fonctions de CRM, Branding & Communication Director pour lancer sa petite entreprise, Magis Company. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il évoque les changements intervenus chez Proximus depuis le rebranding de l'entreprise, le pitch en cours et, bien entendu, ses projets.

Vous venez de passer cinq années riches en bouleversements chez Proximus. Qu'en tirez-vous et de quoi êtes-vous le plus fier ? 
 
J'attache énormément d'importance aux résultats. En ce sens, mes plus grandes fiertés sont liées à la transformation digitale de l'entreprise et au branding, à l'évolution de la perception de marque, qui nous permet aujourd'hui de signer nos spots avec le "X" de Proximus. Cette vision, nous l'avions déjà en 2014, lors de la mise en place de notre système identitaire. Quatre ans plus tard, nous constatons que 90% de nos consommateurs associent ce "X" à Proximus. En tant que marketer, c'est un peu comme si vous aviez créé le "swoosh" de Nike… 
 
Par ailleurs, parlant de transformation digitale, le trophéeBest Use of Data & Performance Marketingque nous avons récemment gagné aux AMMA, témoigne des bons résultats de notre stratégie. Nous avons dépassé Telenet en "share of engagement" : en 2015, nous étions à 20% vs 60% pour Telenet et aujourd'hui, nous sommes à 50% alors que Telenet plafonne aux alentours de 30%. Nous avons également une croissance à deux chiffres en "click to order" et en ce qui concerne le CRM, nous avons augmenté significativement l’utilisation des "Next Best Offer" dans les canaux de vente. 
 
A l'inverse, vous avez des regrets, des frustrations ?
 
A la base, je suis un peu comme Obelix qui est tombé dans la potion magique, et chez moi, cette potion magique, c'est le positivisme et les résultats. Je n''ai jamais des regrets et rarement des frustrations. Cela étant, j'aurais aimé investir encore plus de temps dans l'humain, soutenir encore plus les équipes dans cette transformation digitale. Nous avons fait de grandes avancées en la matière, mais c'est quelque chose qui ne s'arrête jamais. Par exemple, le pitch que nous venons de lancer s'inscrit dans le développement d'un écosystème qui accélère et renforce la transformation digitale de la stratégie médias et communication.
 
Par rapport à cette compétition, avez-vous des conseils à donner aux agences qui souhaitent collaborer avec Proximus ?
 
Il faut partir de la vision Proximus - à savoir, devenir le fournisseur de services et de médias digitaux privilégié. Cela veut dire, en termes de communication, que nous devons diffuser le bon message au bon public, au bon moment et au bon endroit. Certes, ce n'est pas nouveau, mais c'est quelque chose que nous pouvons faire de mieux en mieux avec le développement de la technologie. Cela veut dire également que le média et la création ne peuvent plus être séparés parce qu'ils doivent être idéalement optimisés en temps réel, en fonction de la performance des campagnes. Donc, ce que je conseillerais aux agences : Think Different ! Osons casser les méthodes traditionnelles, essayons de partir d'une page blanche. Remettons-nous en question pour trouver la meilleure manière de coopérer dans ce nouvel écosystème. 
 
En ce qui vous concerne plus précisément, pourquoi avez-vous décidé de quitter Proximus et pourquoi maintenant ?
 
Il y a plus de 20 ans, lors de ma première évaluation chez P&G, mon manager m'avait tout de suite fait remarquer que j'étais un entrepreneur qui s'ignorait. C'est quelque chose que je n'ai jamais oublié, et c'est quelque chose que l'on m'a répété sans cesse par la suite. Dans d'autres sociétés, comme Pernod Ricard, Coca-Cola, Danone, voire parmi les partenaires agences avec qui j'ai travaillé. Pourquoi ne me suis-je pas lancé plus tôt ? Honnêtement, parce que cela me faisait peur. Parce que les grandes entreprises pour lesquelles j'ai eu la chance de travailler sont aussi des "cages dorées". 
 
Pourquoi maintenant ? Parce j'ai aujourd'hui 20 ans d'expérience dans ces grandes sociétés où, et c'est l'une de mes grandes fiertés, j'ai chaque fois apporté de la croissance et de la valeur ajoutée. Cette expérience m'a donné des épaules plus larges, elle me rend confiant quant aux chances de succès de mon projet. J'ajouterais que les évolutions technologiques ont levé pas mal de barrières en termes d'entreprenariat. Certes, la concurrence est aussi plus grande, mais quand vous avez la confiance, l'expérience et le bon projet, quand vous êtes bien entouré et que vous trouvez les bons partenaires, je crois que vous pouvez raisonnablement croire en vos chances de succès. 
 
Enfin, par rapport au timing, je pense que c'était le bon moment, compte tenu du pitch que nous lançons. : je me voyais mal participer à la sélection, à la mise en place des équipes, pour ensuite quitter l'entreprise. Raison pour laquelle je n'interviendrai pas dans le scoring des participants.
 
Plus précisément, quel est votre projet ?
 
Je crois tellement en la vision digitale de Proximus que je vais entreprendre exactement dans la même direction. Je cherche à développer des produits digitaux de solution marketing pour des sociétés. Cela peut être des outils de construction de campagne, de suivi de performance, mais cela peut aller au-delà du pur marketing - HR, logistique, etc. - et en partenariat avec des start-ups que je voudrais soutenir. Mon apport se situant au niveau de la connaissance des besoins des annonceurs et de ma valeur ajoutée en termes de "go-to-market". 
 
Soutenir des start-ups, cela veut dire investir ?
 
Plutôt, mais ce n'est pas obligatoire, et pas de manière majoritaire. Je privilégierai des prises de participation en rapport avec ma contribution, en termes de gestion, connaissances, marketing et développement de produits digitaux.
 
Vous avez déjà des partenaires ?
 
Je lance ma petite entreprise seul pour me donner plus d'agilité. Elle s'appelle Magis Company. "Magis" signifiant "plus" en latin. Cela traduit ce que je veux apporter aux entreprises qui feront appel à mes produits et services digitaux pour trouver des solutions concrètes et opérationnelles qui rapportent plus de résultats.
 
Je suis par ailleurs en contact avec plusieurs partenaires potentiels qui me donneraient accès aux "facilities" et aux développeurs dont j'ai besoin. Mais je n'ai rien décidé, je veux prendre le temps d'explorer les différentes pistes qui me sont offertes. 



ARCHIVE / BRANDS - STRATEGY






INTERVIEW

An Caers (Medialaan) : « La technologie nous aidera à diffuser nos histoires sur un nombre toujours plus grand de plateformes »

An Caers (Medialaan) : « La technologie nous aidera à diffuser nos histoires sur un nombre toujours plus grand de plateformes »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier