FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Et si la malveillance n'était que de la paresse ?, par Jean-Charles della Faille (Bulbme)

Samedi 3 Mars 2018


Et si la malveillance n'était que de la paresse ?, par Jean-Charles della Faille (Bulbme)
Avec l'émergence des Chief Happiness Officers, on parle de plus en plus de l'importance de la bienveillance au travail. J'en suis ravi, à plus d'un titre. Non seulement parce que la bienveillance est une valeur que je chéris, mais aussi parce que la malveillance - celle des autres mais également la mienne ! - m'a pesé énormément dans le passé. Aujourd'hui, j'ai appris à la détecter pour la fuir ou la décourager.

Mais pour créer les conditions de la bienveillance, ne faut-il pas d'abord comprendre les ressorts de la malveillance ? Comment naît-elle ? Et comment la contrer ?
 
Je ne prétends pas venir avec une explication exhaustive des tenants et aboutissants de la malveillance. Ni vous faire un portrait du malveillant lambda. Et encore moins une leçon de morale. Je suis loin d'être parfait et, certains jours, j'ai bien envie, moi aussi, d'être malveillant envers certaines personnes. Pour leur clouer le bec notamment. Mais j'ai compris une chose : si ma malveillance peut faire du tort aux autres, elle m'en fait davantage à moi-même, parce que je la ressasse des heures durant, et qu'elle m'empêche ainsi d'être en paix et de continuer mon chemin - ou mon travail, si vous préférez.
 
Pourquoi j'assimile la malveillance à de la paresse ?
Imaginons qu'on vous agresse - un collègue, un proche - et que vous estimez cette attaque non-fondée. Le premier réflexe - naturel - est de répondre de manière agressive également. Résultat ? C'est l'escalade.
 
Le problème est que dans notre vie trépidante, nous manquons souvent de temps pour argumenter ou nous défendre de manière sereine. Alors, nous agressons. C'est un raccourci. Mais c'est également une forme de paresse intellectuelle. Et pour moi, c'est contre cela qu'il faut lutter : les raccourcis dangereux.
 
Je vous propose de faire un test. La prochaine fois que l'on fait preuve de malveillance envers vous - que ce soit avec ou sans raison -, au lieu de réagir au quart de tour et de le prendre personnellement, dites-vous d'abord que la personne est peut-être sous pression. Et répondez de manière très bienveillante, avec un mot gentil, de l'empathie, une écoute attentive de ses besoins, de ses contrariétés. Il y a des chances pour que votre bienveillance " désarme " son animosité. Bien sûr, il y a des gens avec lesquels ça paraît impossible - et ça l'est, même si, parfois, il faut s'y prendre à plusieurs reprises -, mais quand cela fonctionne, c'est d'une puissance incroyable.
 
Le meilleur exemple de bienveillance extrême à avoir désarmé l'adversaire est sans conteste la résistance non-violente qu'a opposée Gandhi aux colons britanniques. Quand on y pense, l'idée de prendre des coups sans riposter était absurde et suicidaire. Pourtant, ils ont gagné leur combat. Ils auraient pu choisir le plus court chemin, celui de la violence, mais ils ont préféré emprunter le détour de la non-violence.
 
S'ils ont réussi à défendre leur cause et libérer l'Inde du joug britannique, imaginez ce qu'il y a moyen de faire lors d'un échange professionnel, par exemple. Ça peut paraître un peu bisounours mais, pour avoir testé les deux - la malveillance et la bienveillance - en réponse à de la malveillance que j'avais reçue, je dois admettre avoir été surpris par les résultats obtenus en utilisant la deuxième. C'est assez réjouissant, même s'il n'y a jamais aucune garantie de succès - en revanche, en utilisant la malveillance, je vous garantis l'échec.
 
Dites-vous que la malveillance est un raccourci. Que les raccourcis sont faits pour les paresseux. Et que vous n'aimeriez pas être pris pour un paresseux.
 
Soyez donc bienveillant. CQFD.



ARCHIVE / TRAINING&BOOKS






INTERVIEW

Dominique Fontignies (FCA) : « Le marketing d'influence est l'occasion de nous adresser à une cible jeune d'hommes et de femmes 18-35 »

Dominique Fontignies (FCA) : « Le marketing d'influence est l'occasion de nous adresser à une cible jeune d'hommes et de femmes 18-35 »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier