FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Gilles Pélisson : « L'overflow sur TF1 disparaîtra d'ici quelques semaines »

Mardi 12 Septembre 2017


Gilles Pélisson : « L'overflow sur TF1 disparaîtra d'ici quelques semaines »
Lors d’un Lunch BMMA dont il était l’invité et à juste titre qualifié de « TF1 pour les Nuls » par le CEO d’une agence média - en ce sens que sa présentation était davantage destinée à un aéropage de fonds de pension ou d’investisseurs que de professionnels marcom intéressés par l’offre belge de TF1 -, Gilles Pélisson a botté en touche la plupart des questions directement liées aux décrochages publicitaires. Préférant discourir sur les challenges de la télévision face aux Gafa, le PDG de TF1 a respecté à la lettre l'intitulé de l'exposé tel que nous l'avait vendu la BMMA - "la vision stratégique d'un groupe audiovisuel européen majeur". Tant pis pour ceux qui s'attendaient à autre chose.

Ainsi, lorsque François Chaudoir (Space) demande au PDG français de lui donner des arguments susceptibles de convaincre ses clients, Pélisson se contente de mettre en avant le milliard d’euros que TF1 investit dans sa grille. « Il faut faire confiance au marché, parler avec une touche locale de manière beaucoup plus intelligente », martèle-t-il à Nathalie Lhoir (UM) lorsqu’elle souligne que les annonceurs internationaux auraient peut-être intérêt à ne pas acheter d'écrans belges pour continuer de profiter de l’overflow gratuit.
 
Pélisson s'étonne d'ailleurs que TF1 ait pu « imposer depuis des années aux téléspectateurs belges des pubs qui ne les concernent pas, sans que personne ne s'en émeuve. » Et à la question de savoir jusqu’à quand les annonceurs continueront de bénéficier des débordements gratuits, il répond sans hésiter et sûr de lui que « l’overflow disparaîtra d’ici quelques semaines ». Vraiment ?  
 
Au-delà, le patron de TF1 ne s’est pas privé de décocher des flèches empoisonnées en direction de RTL Belgium, allant même jusqu’à mettre en doute le respect de ses engagements en matière de production. Un comble. Que Stéphane Rosenblatt, DG de la Télévision chez RTL, a rapidement balayé d’un revers, lui rappelant les 30 ans de présence du groupe en Belgique et les 800 personnes qu’il fait travailler. Un moment mal choisi aussi. A la veille d’un plan de licenciement que l’on sait inéluctable et qui suscite le malaise de tous les acteurs du marché belge ayant l’habitude de travailler avec les équipes de RTL et de sa régie IP.
 
En préface de la présentation de Gilles Pélisson, et en sa qualité de président de la BMMA et d'hôte du jour, Yves Gérard (RMB) avait déclaré en boutade qu'il n'était pas rancunier... D'aucuns rétorqueront qu'il a plutôt été machiavélique pour le coup : à l'évidence, ce speech de Pélisson s'est avéré une contre-publicité pour le business de Transfer. Le mot de la fin revenant comme de coutume à la Directrice de la BMMA, Joëlle Liberman (Egerie Research) : « Quand on vient de Paris, on est forcément arrogant. »  



ARCHIVE / MEDIA - STRATEGY

JOBS


INTERVIEW

Miguel Aguza (Ikea) : « Investir dans la qualité apporte une autre dimension à une production audiovisuelle »

Miguel Aguza (Ikea) : « Investir dans la qualité apporte une autre dimension à une production audiovisuelle »



DOSSIER  



Data & Privacy : Comment se préparer au GDPR  


Si vous n’avez pas encore entendu parler du GDPR, c’est que vous vivez sur une autre planète. La nouvelle législation européenne sur la protection de la vie privée aura des implications profondes...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Pitches et matchmakers : It takes two to tango  


De nos jours, les départements marketing font face à trois grands défis : la réduction de leurs effectifs, la multiplication des spécialisations et la nécessité absolue d’intégration. Pas étonnant...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


ACC Profitability Survey : les agences se portent un peu mieux  


261,4 millions d’euros. C’est le revenu total des 74 agences qui ont participé à l’enquête de l’ACC. Comme chaque année, l’association des agences a questionné ses membres sur leurs résultats...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier