FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Inge Vander Velpen (&KOO) : « La demande de free-lances grandit »

Dimanche 3 Septembre 2017


Inge Vander Velpen (&KOO) : « La demande de free-lances grandit »
Quelques mois après avoir lancé The Boutique, un hotshop destiné à mettre en valeur les "personal brands" ou free-lances avec qui il collabore, &KOO, le réseau de Cronos, a récemment pris une participation majoritaire dans la plateforme de créatifs free-lances The Maffia. Inge Vander Velpen, COO de &KOO, nous explique pourquoi. Nous l’avons rencontrée avec Inge Crauwels (ex Boondoggle, Proximity BBDO, De Persgroep, etc), partenaire de Philip Maes, le fondateur de The Maffia.

Comment &KOO va positionner The Maffia dans son réseau ?

Inge Vander Velpen: Nous constatons que la demande de freelances grandit dans le secteur de la communication marketing. Cette demande n’émane pas seulement des agences, mais aussi des annonceurs. Souvent, il ne s’agit pas seulement de missions purement publicitaires, il est question aussi de projets liés à l’innovation et au marketing automation. Ce n’est pas un hasard si &KOO se positionne dans ces trois domaines. En prenant une participation majoritaire, nous voulons soutenir Inge Crauwels et Philip Maes pour qu’ils puissent faire grandir leur entreprise et rassembler les profils de demain dans une grande famille.
 
Pourquoi selon vous la demande pour des ressources extérieures est-elle aussi forte ?

D’abord parce que le modèle des agences classiques est à un tournant. Il n’est tout simplement plus possible de disposer de toutes les expertises en interne. Les annonceurs aussi ont parfois besoin d’attirer des gens ponctuellement pour les aider à faire avancer leur business ou parce qu’ils ont trop peu de budget pour s’adresser à une agence. Dans ce cas il est utile de pouvoir faire appel à des experts extérieurs directement opérationnels. Ils viennent, ils effectuent le travail, ils repartent. Sans qu’il soit nécessaire de bouleverser le payroll.
 
Par ailleurs, on trouve des gens qui travaillent volontiers d’une manière différente. Certains préfèrent travailler le soir ou durant le weekend, depuis leur domicile, d’autres recherchent du changement et des défis. Il existe autant de raisons que de freelances. C'est principalement une question de liberté et de choix délibéré. Le statut de freelance est naturellement aussi une bonne alternative à celui de salarié.
 
The Maffia a compris la nécessité de rassembler ces freelances, de les aider et de défendre leurs intérêts communs. Il en va ainsi également pour les donneurs d’ordre.
 
Allez-vous développer de nouveaux services ?
 
Inge Crauwels : Oui. Non seulement pour nos donneurs d’ordre, mais également pour les freelances. Certains membres ont eux-mêmes des idées. En leur apportant notre appui, nous pouvons les réaliser et les mettre sur le marché. Ces membres sont aujourd’hui 85. Ils ont tous pour objectif d’aider notre secteur à progresser. Nous mettons également en place des partenariats. Je n’exclus rien, mais nous nous concentrons avant tout sur notre rôle d’intermédiaire entre freelances et clients dans les domaines de la communication, de la publicité et du marketing.
 
Comment distinguez-vous les activités de The Maffia de celles de The Boutique ?
 
Inge Vander Velpen : The Maffia offre une solution aux entreprises qui ont besoin à court ou à long terme de certains profils, là où The Boutique représente des “personals brands”, des personnes avec un style bien à elles ou qui dispose d’une expertise très spécifique. Ces profils ne travaillent pas sur base free-lance mais sur base de projets bien définis.



ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION

JOBS


INTERVIEW

Miguel Aguza (Ikea) : « Investir dans la qualité apporte une autre dimension à une production audiovisuelle »

Miguel Aguza (Ikea) : « Investir dans la qualité apporte une autre dimension à une production audiovisuelle »



DOSSIER  



Data & Privacy : Comment se préparer au GDPR  


Si vous n’avez pas encore entendu parler du GDPR, c’est que vous vivez sur une autre planète. La nouvelle législation européenne sur la protection de la vie privée aura des implications profondes...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Pitches et matchmakers : It takes two to tango  


De nos jours, les départements marketing font face à trois grands défis : la réduction de leurs effectifs, la multiplication des spécialisations et la nécessité absolue d’intégration. Pas étonnant...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


ACC Profitability Survey : les agences se portent un peu mieux  


261,4 millions d’euros. C’est le revenu total des 74 agences qui ont participé à l’enquête de l’ACC. Comme chaque année, l’association des agences a questionné ses membres sur leurs résultats...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier