FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Philippe Delusinne (RTL) : « Nous étions bien conscients que l'on nous attendait au tournant cette année »

Dimanche 27 Août 2017


Philippe Delusinne (RTL) : « Nous étions bien conscients que l'on nous attendait au tournant cette année »
Le 22 août dernier, RTL dévoilait ses grilles des programmes TV pour 2017-2018, qui répondent à la nouvelle promesse "RTL c'est vous !" et qui consacreront les 30 ans de TVI. Le tout peut être résumé en quatre mots : amour et action, mais surtout, voyeurisme et sexe. Le CEO de RTL Belgium, Philippe Delusinne, s’en explique.
 
Etes-vous d’accord lorsqu’on dit que la nouvelle grille joue la carte de la provoc ?
 
Non, évidemment. Ce n'est pas de la provocation, mais de l'audace ! Ce qui n'est pas du tout la même chose. C'est une grille qui interpelle, qui est créative et plutôt engagée. Nous avons quand même une quinzaine de nouveautés, et d'autres suivront. Nous prenons des risques et nous innovons. La production locale est également très importante pour nous. C’est une grille qui fait la part belle à la fois aux nouveautés et aux succès du passé. Une grille très volontariste et offensive, parce que nous étions bien conscients que l'on nous attendait au tournant cette année.
 
Peut-on dire qu’elle a été conçue en fonction des prochains décrochages de TF1 ?
 

Non, pas spécialement. Comme chaque année, la grille rencontre avant tout un public le plus large possible. Nous avons une addition de publics très différents, qui font de nous le gros leader du marché. Nous avons fait ce que nous avons toujours fait. Je pense effectivement que notre ancrage local sera une marque de différence fondamentale, et pas seulement par rapport à TF1 d'ailleurs.
 
Nous avons d'abord travaillé pour nous-mêmes, en faisant ce que nous faisons le mieux, sans nier l'arrivée de TF1 dans le paysage audiovisuel belge.
 
La proximité est notre crédo depuis plusieurs années et reste plus que jamais ce qui nous différencie par rapport à la concurrence. Nous avons avant tout voulu renforcer cet axe de proximité.
 
Comment analysez-vous les mauvais chiffres d’investissement au premier semestre, et plus précisément ceux de la TV, alors que les indicateurs économiques sont dans le vert et que 2016 avait été particulièrement porteur pour le média ?
 

La radio va plutôt bien cette année, la télé est décevante. Idem pour la presse magazine et quotidienne. En général quand l'économie va plutôt bien, ce qui est plutôt le cas aujourd'hui en Belgique, la pub suit le mouvement. Bizarrement, nous avons une année qui est un peu atone dans la progression du chiffre. Je pense que les gens sont un peu frileux et attentistes. Bref, c'est une année qui n'est pas simple. La conjoncture en ce qui nous concerne n'est pas vraiment très emballante…
 
Concernant le plan #Evolve, que vous présenterez prochainement à vos actionnaires, on a déjà pu appréhender une évolution vers plus de transversalité au niveau de la direction. Vous avez déjà annoncé que l’entreprise allait davantage être structurée en fonction des contenus, et moins en fonction des médias. Comment allez-vous implémenter ces changements au niveau de la régie ?
 
Le plan #Evolve sera dévoilé en priorité aux actionnaires, vous comprendrez donc que je ne vais pas en parler dans la presse aujourd'hui… Sachez simplement qu’il répond à plusieurs souhaits. J’en citerai trois. Le premier est de faire face à un marché qui bouge dans tous les sens. Un marché qui voit l'arrivée imminente de TF1. Un marché qui exige le recrutement de nouveaux talents, à commencer par des digital natives, qui ont une autre vision de la consommation média. La conjonction de tout cela fait qu'effectivement, nous avons intérêt à revoir nos structures, nos modes de fonctionnement. Nous le faisons transversalement dans tous les départements, en ce compris la régie, qui va également réfléchir à son propre mode de fonctionnement.
 
L'idée n'étant pas de nous replier, mais de nous développer encore davantage en nous adaptant aux nouvelles donnes du marché. Nous allons essayer de nous adapter en souplesse. #Evolve n'est absolument pas un plan d'économie par rapport à l'arrivée de TF1, mais une façon de structurer l'entreprise pour qu'elle soit prête à affronter les dix prochaines années, en fonction de différents paramètres, dont TF1 notamment. Nous fêtons nos 30 ans et depuis tout ce temps, nous avons fonctionné sur les mêmes bases. Je pense que nous allons un peu bousculer nos habitudes.
 
Parlant de la régie, allez-vous conserver le pôle Press ? On entend parler de négociations pour une reprise du portefeuille ...
 
La stratégie de la maison RTL en Belgique, comme dans d'autres pays, c'est l'audiovisuel. Nous avons historiquement un pôle IP Press, qui fonctionne bien, qui est une belle petite entité. Tout est envisageable. Nous le gardons ou nous le cédons éventuellement. Nous faisons effectivement l'objet de sollicitations et tout cela est à l'évaluation aujourd'hui. Je sais qu'il y a des bruits, des discussions, que des gens sont intéressés, mais je ne commenterai pas plus avant cet aspect-là, si vous le permettez.
 
Un dernier mot sur la dernière vague du CIM Radio, où les nouvelles sont plutôt bonnes vous concernant.
 
Elles le sont dans la mesure où le podium correspond à notre souhait le plus absolu : la première marche occupée par Bel RTL, quasiment à égalité avec Radio Contact… Nous sommes ravis. Cela prouve que les changements que nous avons opérés l'été passé portent leurs fruits. Quand vous changez les habitudes en radio, il faut toujours un peu de temps. Il y a quatre ou cinq mois les audiences n'étaient pas très bonnes - du moins en apparence, l'étude étant un peu discutable à certains égards, il faut le dire quand on est mal et quand on est bien aussi, il faut être cohérent dans l'analyse de choses -, mais nous étions confiants dans les aménagements apportés à la grille. Cette vague CIM le confirme et cela nous satisfait largement.
 
Le travail n'est pas abouti pour autant. Nous réfléchissons toujours à ce qu'est le vrai positionnement, le vrai contenu d'une radio généraliste comme Bel RTL. Bref, nous sommes très contents mais nous continuons à travailler sans relâche et sereinement à l'avenir.



ARCHIVE / MEDIA - STRATEGY

JOBS


INTERVIEW

Mark Tungate : « Il n'existe aucun autre prix comme les Epica »

Mark Tungate : « Il n'existe aucun autre prix comme les Epica »



DOSSIER  



B2B Awards 2017 : les lauréats  


La quatrième édition des B2B Awards a rendu son verdict. Les jurys Press et Communication, présidés par Alex Thoré (Proximus) ont décerné quatre prix dans la première compétition et 10 dans la...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2017 : les campagnes en or  


Pour la cinquième fois en six ans, TBWA décroche le titre d'Agence de l'année aux Mixx Awards de BAM. Elle remporte trois prix avec Telenet, qui repart avec le trophée de l'Annonceur de l'année,...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les ambitions de Kickstarter : construire un monde plus créatif   


Présente en Belgique depuis deux ans, la plateforme de crowdfunding américaine a réuni depuis sa création en 2009 près de 13 millions de personnes qui sont engagées à hauteur de 3,2 milliards de...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier