FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Paroles de juré cannois : Katrien Bottez (FamousGrey)

Mercredi 21 Juin 2017


Paroles de juré cannois : Katrien Bottez (FamousGrey)
Nous avons rencontré Katrien Bottez, ECD de FamousGrey, qui siège pour la quatrième fois déjà dans un jury cannois : deux fois en Film, un fois en Titanium et cette année en Cyber.
 
Que vous inspirent ces différentes expériences cannoises, et notamment celle de cette année en Cyber ?
 

En Film, comme ailleurs, tout a bien évolué. il y a aujourd’hui différents formats, mais définir un bon film reste raisonnablement simple. Que vous le regardiez sur un grand ou un petit écran, la définition reste la même. Dans une catégorie comme le Cyber, la discussion est très différente. Le Cyber est arrivé après l’émergence d’Internet, mais aujourd’hui, il est omniprésent. On ne peut plus le dissocier. Donc comment définir cela au juste ? Où commence le Cyber et où s’arrête-t-il ? Nous nous sommes donc focalisés sur les idées pour lesquelles le Cyber occupait la place centrale. Nous nous sommes posé la question : cette idée pourrait-elle vivre aussi bien sans le Cyber ? Par exemple certains films en ligne pourraient tout aussi bien être des spots TV. La diffusion en ligne n’en fait pas de meilleurs films. On remarque que les meilleurs travaux sont ceux qui ont pour but d’attirer les gens vers les canaux digitaux et cela fait la différence.
 
Quelles étaient les consignes de la présidente du jury, Colleen DeCourcy ?

Le premier point important, à ses yeux, était de vérifier si le travail relevait légitimement de la catégorie. Ensuite, la force de l’idée et le craft jouaient un grand rôle. Ce qui a récolté de l’or satisfait à ces trois critères.
 
Comment envisagez-vous votre rôle de juré ? A quoi avez-vous accordé de l’attention ? De quelle manière votre contribution a-t-elle pu faire une différence ?
 
En tant que jurée d’un petit pays, je trouve important de dissocier ma tâche de notre contexte culturel. Beaucoup de campagnes en provenance d’Amérique sont connues mondialement. Si vous habitez dans un pays comme la Belgique ou l’Inde, vous devez toujours recadrer une marque ou une campagne. Ce n’est pas toujours évident. En Belgique, et certainement en Flandre, tout le monde connaît Klara. Mais ici, à Cannes, personne ne sait à quoi correspond cette marque.
 
Y avait-il une sorte de consensus entre les membres du jury sur le choix des trois Grand Prix ?
 
Je n’ose pas affirmer que tous trois ont émergé comme des évidences totales. Le cyber est une catégorie très diverse. Mais ces trois-là répondaient clairement aux critères évoqués plus haut. Si on gagne de l’or, on a déjà la tête et les épaules qui dépassent. Ces trois campagnes étaient des "coups de cœurs" évidents. Un autre travail que j'ai trouvé fantastique est "Like My Addiction", qui score dans beaucoup d’autres catégories. Du Cyber de première classe également.
 
Comment les travaux belges ont-ils été accueillis ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu plus Lions ?
 
Dans l’ensemble, j’attendais beaucoup plus pour la Belgique, également en ce qui concerne les autres catégories déjà jugées. Je me pose la question : pourquoi cela n’a-t-il pas marché ? Beaucoup de très bons travaux ont pourtant été inscrits. Si on m’avait demandé un pronostic, j’aurais largement attendu plus que le bilan actuel. Je suis vraiment déçue. Je ne comprends pas que de nombreuses campagnes ne soient même pas en shortlist. Notre travail aurait mérité mieux. Mais je suis malgré tout contente de ce que nous avons gagné jusqu’ici. Quelqu’un m’a encore rappelé à juste titre que les campagnes qui sont visibles des mois avant Cannes trouvent leur confirmation ici. Toutes les campagnes primées sont justifiées. Mais si certaines campagnes circulent déjà auparavant, et que nous, jurés, les reconnaissons immédiatement, quel impact cela-a-t-il sur nos choix ?
 
Nous, les Belges, avons moins l’esprit RP. Notre travail ne circule pas directement au niveau mondial. Ma question est donc de savoir si c’est ou non un avantage pour un juré de voir une campagne en tant que case pour la première fois. Nous avons tous vu "Fearless Girl" pour la première fois il y a un bon moment. La campagne a été encensée partout. Ce serait plutôt bizarre si cela n’avait pas d’influence. Les marques inconnues ou les produits belges atteignent moins facilement la shortlist.



ARCHIVE / CANNES LIONS 2017

JOBS


INTERVIEW

Frédéric Zouag (Agency MManager 2017) : « Je suis resté fidèle à mes coups de coeur »

Frédéric Zouag (Agency MManager 2017) : « Je suis resté fidèle à mes coups de coeur »



DOSSIER  



Comment Sodastream veut imposer sa vision  


Sodastream est l’un des 32 lauréats de l’édition 2017 de l’organisation Elu Produit de l’Année qui couronne les innovations les plus prisées des Belges en se basant sur une enquête menée par GfK....


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les chatbots répondent à l'appel du marketing  


Après être restés dans l’ombre pendant des années, les chatbots (ou agents conversationnels) suscitent aujourd’hui un vif intérêt chez de nombreux marketers. Mais s’agit-il d’un simple outil...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Creative Belgium Awards 2017 : le Grand Prix et les 10 campagnes en or   


A l'instar de l'édition 2016, une seule campagne a été couronnée d'un Grand Prix cette année aux Creative Belgium Awards : "Nello & Patrasche", signée Friendship pour Stad Antwerp, sacrée en...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier