FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

De l'anthropomorphisme, par Florian Linclau et Jérémie Sanem (MEC Belgium)

Dimanche 11 Juin 2017


De l'anthropomorphisme, par Florian Linclau et Jérémie Sanem (MEC Belgium)
Le 19 mai dernier, MEC Belgium a tenu dans ses bureaux bruxellois une nouvelle Inspiration Session pour tous ses employés. Le sujet du jour : l’anthropomorphisme comme moyen de stimuler les consommateurs à percevoir positivement les marques. L’enjeu était de comprendre comment l’implémenter en marketing et avec quelles conséquences. Pour l’occasion Nicolas Kervyn, docteur en Psychologie Sociale à l’UCL et chercheur à Louvain Research Institute in Management and Organizations, était notre invité.

Avez-vous déjà remarqué que nos interactions avec les marques peuvent être comparées à celles que nous avons avec nos amis ou avec notre famille ? Avez-vous déjà eu le sentiment qu’une marque peut être comparée à une personne réelle ? Si oui, rien de cela ne se passe par hasard : ce sont les effets de l’anthropomorphisme, c’est-à-dire le fait d’attribuer des qualités humaines à des entités non humaines. D’un côté, comme les humains, les marques peuvent rencontrer le Big Five Model dessiné par Lewis Goldberg qui consiste en cinq traits majeurs de personnalité ; regroupés, ces traits forment l’acronyme OCEAN : Openess, Conscientiousness, Extraversion, Agreeableness et Neuroticism. De l’autre, les marques peuvent aussi être considérées comme des agents intentionnels. "Brands as Intentional Agents Framework" est basé sur une approche théorique bien connue des perceptions sociales : le Stereotype Content Model. Que le consommateur perçoive la marque comme étant bien ou mal intentionnée, et que le consommateur la perçoive apte ou inapte, cela impacte la façon dont il va se comporter envers la marque. En d’autres termes, la manière dont les intentions et aptitudes des marques sont perçues va prédire les intentions d’achat et la loyauté à la marque.
 
Cette tendance qu’ont les consommateurs à continuer d’acheter des produits d’une même marque plutôt que de marques concurrentes, suit les règles des relations d’amitié. A travers la relation qu’une marque développe avec ses consommateurs, ces derniers vont lui attribuer une certaine place dans leur propre liste de "marques auxquelles se fier". Par conséquent, l’important pour les marques est d’être au sommet de cette liste. L’anthropomorphisme peut dès lors être la solution.
 
Il existe deux types d’anthropomorphisme : partiel et littéral. L’anthropomorphisme partiel se produit lorsque les consommateurs voient d’importants traits humains dans un produit mais ne le considèrent tout de même pas comme étant humain. L’anthropomorphisme littéral franchit une étape supplémentaire : c’est lorsque le consommateur croit que le produit ou la marque est une personne.
 
Les conséquences de l’anthropomorphisme doivent être prises en compte quand il s’agit d’établir sa stratégie. En effet, l’anthropomorphisme impacte le consommateur dans le sens où il sera moins enclin à remplacer le produit, ou encore dans le sens où il attribuera moins de poids à la qualité du produit. Cependant, le consommateur aura un jugement plus sévère quant aux scandales et ne pardonnera pas facilement. Le consommateur sera également moins enclin à divulguer des données personnelles à la marque, ce qui rendra la collecte de données plus complexe.
 
Afin de rendre une marque plus humaine, trois leviers peuvent être utilisés. Le premier concerne l’activation de la connaissance humaine. Cela peut être réalisé via le design du produit ou de la marque (par exemple, en personnifiant la marque, ou simplement en créant un logo qui évoque un sourire ou un clin d’œil), ou via la communication de la marque (par exemple, le fait d’utiliser des pronoms comme "je" ou "nous" au lieu de pronoms neutres comme "on" ou "cela"). Le deuxième levier est lié aux connections sociales : lorsque les gens manquent de connections sociales avec les autres, ils ont tendance à être davantage touchés par l’anthropomorphisme dans le but de pallier ce manque. Enfin, le troisième levier concerne le besoin de prédiction : quand les choses sont compliquées à prédire ou font peur, les gens ont une fois de plus tendance à être touchés par l’anthropomorphisme. Les marques se décrivent alors comme étant prévisibles, préoccupées par les gens, fiables et des partenaires de confiance.
 
Il est clair que l’anthropomorphisme a un rôle à jouer dans la perception actuelle des marques. L’anthropomorphisme et les théories qui y sont liées sont pertinentes et peuvent être appliquées directement, que ce soit dans le "consumer journey", dans la façon d’aborder l’activation d’une marque, ou dans l’élaboration d’un plan de communication. Une autre chose qui est sûre : les Communication Advisors de MEC Belgium sont ressortis encore plus forts de cette Inspiration Session et continueront à prêter une attention plus importante au phénomène. D’autant plus que des interrogations subsistent. Jusqu’à quel point l’anthropomorphisme reste bénéfique aux marques ? Quels sont les limites et les effets négatifs de trop d’anthropomorphisme ? Et de quelle manière une standardisation de l’anthropomorphisme en marketing peut affecter les perceptions des marques ?
 
Florian Linclau (Analytics and Insight Expert - MEC Belgium) & Jérémie Sanem (Intern - MEC Belgium)



ARCHIVE / AGENCIES - MEDIA

JOBS


INTERVIEW

Jason Romeyko (Serviceplan):

Jason Romeyko (Serviceplan): "Ce ne sont pas les marketers qui font les marques, mais les consommateurs via leurs conversations"



DOSSIER  



Comment Sodastream veut imposer sa vision  


Sodastream est l’un des 32 lauréats de l’édition 2017 de l’organisation Elu Produit de l’Année qui couronne les innovations les plus prisées des Belges en se basant sur une enquête menée par GfK....


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les chatbots répondent à l'appel du marketing  


Après être restés dans l’ombre pendant des années, les chatbots (ou agents conversationnels) suscitent aujourd’hui un vif intérêt chez de nombreux marketers. Mais s’agit-il d’un simple outil...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Creative Belgium Awards 2017 : le Grand Prix et les 10 campagnes en or   


A l'instar de l'édition 2016, une seule campagne a été couronnée d'un Grand Prix cette année aux Creative Belgium Awards : "Nello & Patrasche", signée Friendship pour Stad Antwerp, sacrée en...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier