FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Bert Marievoet (Native Nation) : « Mes activités se situent à l'intersection des RP et de la pub »

Mardi 31 Janvier 2017


Bert Marievoet (Native Nation) : « Mes activités se situent à l'intersection des RP et de la pub »
Trois mois après avoir quitté Twitter, l’ancien Country Manager Bert Marievoet lance un nouveau projet : Native Nation, une agence créative full-service axée sur les réseaux sociaux et spécialisée dans le marketing d’influence. Il évoque sa méthodologie, sa collaboration avec These Days et ses ambitions.

D’où vous est venue l'idée de Native Nation ?

Quand je travaillais pour Twitter, j’ai entendu plusieurs gros clients soupirer qu’ils aimeraient être plus actifs sur les réseaux sociaux, mais qu’ils ne savaient pas exactement quoi faire, comment et avec qui. Je sentais chez eux une certaine frustration. De mon côté, j’ai régulièrement interrogé les acteurs créatifs sur les causes de ce mécontentement. J’ai ainsi pu constater que leur structure ne leur permettait pas de miser à fond sur le social. En effet, cela demande une très grande réactivité. Souvent, c’est une question d’heures. Or, les agences existantes ont un flow trop lourd pour adopter un tel rythme. Qui plus est, il me semble important de partir d’une approche social first.

Qu’entendez-vous par là ?

Eh bien, actuellement, les Belges surfent en moyenne trois heures par jour sur leur appareil mobile, dont environ un heure et demie sur les réseaux sociaux. Pourtant, le point de départ de l’élaboration des campagnes est encore trop souvent un spot TV, par exemple. Native Nation entend inverser cette démarche et développer des créations ou actions pour les canaux à forte audience.

Comment allez-vous vous y prendre concrètement ?

Native Nation veut aider les annonceurs à se constituer un capital de marque solide en mettant en place une approche innovante qui englobe tous les canaux sociaux. Notre méthodologie en sept étapes doit faire de nous le one stop shop par excellence en matière de réseaux sociaux. Notre première tâche consistera sans doute à faire l’audit de tous les canaux sociaux actuellement utilisés par les grandes marques. Ensuite, nous élaborerons dans chaque cas concret une stratégie à long terme et adapterons l’histoire que ces marques souhaitent raconter pour les canaux sociaux, dans le but prioritaire de générer des interactions.

Les influenceurs jouent un rôle majeur dans votre approche…

En effet. On constate que les grandes marques actives sur les réseaux sociaux ont bien du mal à franchir la barre des 10.000 fans ou suiveurs. Cela n’a rien d’étonnant : sur Instagram par exemple, qui compte aujourd’hui 2 millions de comptes actifs en Belgique, le premier motif d’utilisation est le souhait de suivre des personnalités. L’ancienne chanteuse de K3, Karen Damen compte plus de 380.000 followers. Cela offre des perspectives très prometteuses. Outre les influenceurs culturels bien connus, nous voulons aussi faire appel aux subcultural influencers ou influenceurs au sein de sous-cultures, car ces individus peuvent aussi contribuer à la création d’une vaste audience interactive.

Autrement dit, Native Nation se positionne comme le trait d’union entre les influenceurs et les grandes marques. Comment cette collaboration se déroule-t-elle dans la pratique ?

D’une part, je conclus des accords avec des marques et des influenceurs réputés en vue de générer des posts de façon structurelle et stratégique - ce qui permet d’obtenir des contenus originaux et intéressants sur le plan stratégique, qui dépassent le niveau du simple selfie commercial et qui profitent à tous les intéressés. Mes activités se situent à l’intersection des RP et de la publicité.
D’autre part, en collaboration avec These Days, nous avons mis au point un tableau de bord pour les subcultural influencers, qui peuvent créer un profil détaillé en indiquant notamment les réseaux sociaux dont ils font usage, leurs terrains d’action, etc. Grâce à cette plateforme, nous pouvons suivre les interactions générées par leurs activités. Nous obtenons ainsi une base de données en temps réel sur les "stars" des réseaux sociaux, que nous pouvons récompenser en fonction de leurs interactions avec leurs suiveurs. Ces données servent à sélectionner les bons influenceurs pour les campagnes orchestrées par les marques. Enfin, le tableau de bord permet d’offrir une vue d’ensemble des résultats au terme de la campagne.

Pour l’instant, vous opérez seul, mais cela va sans doute changer, non ?

J’ai fondé Native Nation avec un associé en tant qu’agence entièrement indépendante. J’ai commencé seul, mais j’ai entre-temps engagé un directeur créatif, dont je ne peux toutefois pas encore vous dévoiler l’identité. Pour l’instant, nous faisons du co-working à Anvers chez Fosbury, mais nous cherchons des bureaux à Bruxelles. Je planche actuellement sur une dizaine de projets, surtout avec des free-lances, mais comme les choses vont vite, je vais devoir bientôt engager plus de monde, à mesure que nos services se développent.

Vous croyez dur comme fer en l’avenir du marketing d’influence…

Les Belges ont eu un certain retard, mais ils manifestent désormais un grand intérêt. Il s’agit d’un fameux défi, car le retour est immédiat et il faut faire mouche du premier coup, sans possibilité de rattrapage. Cette nouvelle approche nécessite une nouvelle génération de créatifs dont nous voulons absolument faire partie.



ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION

JOBS


INTERVIEW

Mark Tungate : « Il n'existe aucun autre prix comme les Epica »

Mark Tungate : « Il n'existe aucun autre prix comme les Epica »



DOSSIER  



B2B Awards 2017 : les lauréats  


La quatrième édition des B2B Awards a rendu son verdict. Les jurys Press et Communication, présidés par Alex Thoré (Proximus) ont décerné quatre prix dans la première compétition et 10 dans la...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2017 : les campagnes en or  


Pour la cinquième fois en six ans, TBWA décroche le titre d'Agence de l'année aux Mixx Awards de BAM. Elle remporte trois prix avec Telenet, qui repart avec le trophée de l'Annonceur de l'année,...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les ambitions de Kickstarter : construire un monde plus créatif   


Présente en Belgique depuis deux ans, la plateforme de crowdfunding américaine a réuni depuis sa création en 2009 près de 13 millions de personnes qui sont engagées à hauteur de 3,2 milliards de...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier