FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Metro lance son site mobile

Vendredi 28 Février 2014


Metro lance son site mobile
Fin janvier, Metro a lancé son site mobile metrotime.be Lequel combine du contenu d’annonceurs et des articles d’information et d’entertainment. Aux commandes du projet, Joris Winters, Digital Business Developper : « Notre stratégie consiste à informer et à distraire les gens lorsqu’ils se déplacent. Par le passé, nous avons déjà essayé de créer un site à partir du journal, mais il a toujours été difficile d’y attirer les utilisateurs. En soi, le journal papier est déjà un produit mobile. Mais comme la majorité des gens utilisent une tablette ou leur smartphone lorsqu’ils se déplacent, nous avons estimé que le moment était venu de donner un prolongement digital au journal. C’est aussi une suite logique du lancement l’année dernière de notre application iPad et Android. Notre ambition est de faire un journal avec 300 mises à jour quotidiennes, mais nous voulons effectuer ces updates en fonction du comportement de l’utilisateur. Nous démarrons avec une rédaction dédiée de six personnes, qui fournira du contenu de 6h à 20h. A terme, nous voulons réunir les deux rédactions. »
 
Comment différenciez-vous metrotime.be du journal Metro ?
Sur le site mobile, nous voulons naturellement toucher le même large groupe cible que celui du journal. Mais nous différencions l’offre en ligne sur le plan du contenu. Sur le site, il y a davantage de place pour les loisirs et le lifestyle. Nous misons aussi sur le côté viral et nous publions des articles dans style Buzzfeed.

Quelle offre avez-vous développée vers les annonceurs ?
Nous misons sur le content marketing, d’une part par manque de place, d’autre part par conviction. Cela signifie que vous ne trouverez pas de bannières sur le site, mais bien une intégration de la marque dans le contenu. Nous constatons que ce modèle rencontre les attentes. Nous avons déjà conclu des deals annuels avec Media Markt, Veritas, Belfius, Nutella, Ici Paris XL, Warner Home Entertainment ou Belfius. Nous déterminons avec l’annonceur quel contenu nous pouvons publier. Dans la plupart des cas, nous l’écrivons pour compte du client et nous l’intégrons sur le site. L’objectif reste bien de faire un site d’information.

A quoi ressemble concrètement ce contenu d’annonceurs ?
L’article "10 choses que vous ne saviez pas encore sur Game of Thrones", réalisé pour compte de Warner Brothers, est un bon exemple. Ces articles sont accompagnés de l’icône "Metro Friends". Quiconque clique sur l’article voit apparaître à côté de celui-ci les plateformes de médias sociaux et le site web de l’annonceur. Nous sommes allés un pas plus loin avec Media Markt, nous avons en effet créé pour eux le format récurrent "Naveteur multimédia de la semaine". L’annonceur avec qui nous concluons un accord, reçoit en outre trois ou quatre fois par an un espace publicitaire dans le journal papier. En résumé, avec ce modèle, nous essayons de combiner contenu et publicité, de manière à ce que cela reste pertinent pour le lecteur. Notre avantage par rapport à des entreprises qui démarrent, telles Newsmonkey, est notre grande audience via la marque mère.
 
Une discussion a récemment démarré à propos du fait que les journalistes de sites d’information devraient surtout créer des articles qui génèrent le plus grand nombre possible de clicks. Quel est votre avis ?
Nous avons naturellement suivi cette discussion, car elle a démarré avec le blogpost d’une journaliste (Sophie Marquilier, ndlr) qui a été licenciée par Metro voici quelques semaines. Je suis content que vous posiez cette question, car jusqu’ici, le discours a été très unilatéral. Je trouve assez court de prétendre que des gens en costume sur mesure obligent des journalistes à faire du copier-coller d’articles pris sur des sites populaires ou que ces derniers ne disposent pas d’assez de temps pour réaliser des articles de qualité. Nous savons très bien que la chasse écervelée aux clicks est néfaste à long terme. Il reste particulièrement difficile dans une région de six millions d’habitants de gagner de l’argent avec du contenu. Un site web ou un journal est toujours dépendant de l’audience. Pour l’attirer, il faut une combinaison d’articles sérieux et d’entertainment. J’invite chacun à essayer de faire sortir du sol un modèle alternatif. 

Un projet marketing en tête ? Rechercher une agence


ARCHIVE / MEDIA - ONLINE

JOBS


INTERVIEW

Anne-Sophie Vilain : Comment l'UBA Academy soutient le succès des décideurs locaux

Anne-Sophie Vilain : Comment l'UBA Academy soutient le succès des décideurs locaux



DOSSIER  



Netvertising : Prière de ne pas déranger !  


On savait déjà que la publicité dérange les internautes, mais pas dans les proportions révélées dans une étude récemment menée par l'agence média Space. Et certains formats considérés comme très...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Plus d'écrans, plus d'opportunités ?  


Le nombre d’écrans dont nous disposons pour consommer du média a augmenté de manière exponentielle. A la lumière des enseignements du récent Media Vision Day du GRP, dédié à cette thématique, nous...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


High (Ad) Tech  


Retour sur le dernier Festival de Cannes, qui s’est achevée sur un constat : le rôle prépondérant joué par les entreprises technologiques. En témoigne le succès croissant des Innovation Lions.

en savoir plus

Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier