FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Donald le dandy, par André Réclame

Dimanche 13 Novembre 2016


Donald le dandy, par André Réclame
L’entrée dans l’ère Trump est un choc esthétique bien plus fondamental qu’il n’y parait. Donald est un dandy qui incarne le rêve américain et je vais vous le prouver.

Si vous réduisez le dandysme à la seule élégance vestimentaire, vous n’avez rien compris. Il s’agit d’une rébellion esthétique face à la "bien pensance", aux codes établis. Donald incarne la rébellion, le changement, la liberté. Ecoutez comment il parle, comment il cogne à côté d’un ring de catch ; il est la rébellion face à l’ordre établi. Obama était élégant, de bon goût, cool, politiquement correct, il était gentiment subversif comme prétend l’être Apple. Alors que Trump explose comme Samsung.
 
Les codes vestimentaires de Trump n’ont pas changé. Comme Coco Chanel il a compris que le style dépasse la mode. Le style est intemporel. Trump est en costume uni, de préférence bleu, chemise blanche et cravate rouge. Les trois couleurs du drapeau américain. Hillary était un jour en bleu, un jour en rouge, beaucoup de jours en n’importe quoi et elle a changé de style toute sa vie. Donald est Donald.
 
Dans un pays perçu comme encore très religieux, Donald a compris qu’on avait remplacé Dieu par l’art. Il a fait sien les mots d’Oscar Wilde - « le secret de la vie se trouve dans l’art ». Trump a fait de sa vie une œuvre d’art populaire. Il combine art et business, comme Damien Hirst. L’art a pris la place de dieu et aujourd’hui, les artistes populaires sont sur les écrans, ancrés dans la téléréalité, ce sont les YouTubers, les artistes indépendants qui utilisent le crowdfunding. Trump a eu son émission de télé-réalite.
 
Trump réinvente la notion de famille. Quel autre homme divorcé s’occupe autant de tous ses enfants ? Ce n’est pas une famille recomposée au sens post-moderne du terme, c’est une famille large au sens aristocratique du lignage. D’ailleurs son dernier fils s’appelle Baron. 
 
Trump c’est l’entreprise familiale, locale, le patron actionnaire. Pas les multinationales impersonnelles avec un compte Twitter géré par une boite de com', pas les artistes qu’Hillary a fait monter sur scène. Trump a l’air authentique avec ses faiblesses, ses erreurs, ses aspérités, son humanité. Il a compris qu’il ne devait pas essayer de plaire à tous mais juste à la majorité pour être élu.
 
Trump assume son humanité, sa dualité, et il ne la cache pas derrière le paravent de la vie privée. Il aime la jeunesse et la beauté. En témoigne son goût autoproclamé et assumé pour les jolies femmes. A l’inverse d’un DSK hypocrite et médiocre vassal de ses désirs secrets, Donald assume en plein jour. Il attire les femmes vénales par son argent ? D’autres hommes politiques ont attendu d’être Président pour attirer des mannequins argentés.
 
Trump utilise le scandale comme outil de communication, il est transgressif dans tous les codes établis par les médias et la bonne pensée progressiste engoncée dans le politiquement correct. Lui seul a incarné la liberté. La liberté de dire et faire ce qu’il veut. Il restaure le droit d’être différent, et non de "think different" comme nous disait Apple, et le droit de l’assumer pleinement et ouvertement.
 
Trump nous met mal à l’aise car il nous renvoie à nos complexes, aux bonnes mœurs étriquées de l’establishment bourgeois, fut-il créatif ou médiatique. Il ose avoir mauvais goût et il l’assume. Il crée une nouvelle esthétique. Son arrivée sur le sol de l’aéroport de Washington dans son avion perso est un choc visuel sans précédent : auparavant on devenait Président en montant dans l’Air Force One, maintenant le Président élu descend d’un avion à son nom.
 
Trump aime la libre entreprise, l’argent. Il fabrique de l’argent. Trump est un homme libre, et cette liberté notamment promise avec les médias sociaux, a été confisquée par les publicitaires et les marques. Facebook ou Google ne sont que des machines publicitaires, des marques qui veulent de faire de nous un produit vendu aux annonceurs. Trump a donc fait de lui une marque qu’il a vendu aux citoyens. Il a compris que cela ne suffisait plus de réduire l’homme à un consommateur, qu'on aspire tous à être citoyen. Il a aussi lui-même intégré ce changement puisqu’il se réinvente, comme un artiste ou une marque qui doit sa longévité à sa capacité à se réinventer, comme Madonna ou David Bowie qui furent différents personnages mais toujours eux-mêmes.
 
Trump passe du statut d’homme d’affaires pur et dur à celui d’homme politique, de chef d’Etat. Il se réinvente en restant lui-même. Ce n’est pas un hasard qu’il ait été élu. On ne peut pas tromper le peuple démocratiquement. Trump incarne la volonté de changement, il a la rébellion esthétique du dandy en lui.
 
Donald Trump est une marque authentique.
 

Un projet marketing en tête ? Rechercher une agence


ARCHIVE / BRANDS - STRATEGY

JOBS


INTERVIEW

ADVERTORIAL - Onlineprinters partenaire actif du secteur de l'événementiel

ADVERTORIAL - Onlineprinters partenaire actif du secteur de l'événementiel



DOSSIER  



Le difficile accouchement de l'étude stratégique cross-média  


Depuis l’an dernier, les acteurs du marché travaillent au sein du CIM à l’élaboration d’une nouvelle étude stratégique centrale. Mais le chantier avance lentement. Les attentes des médias ne sont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


B2B Press & Communication Awards : les lauréats  


Quelque 200 personnes ont assisté hier soir à la troisième soirée de gala des B2B Press & Communication Awards qui se déroulait à Bozar. Parmi les 11 prix décernés par le Jury de Stephan Salberter...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


IAB MIXX 2016 : les cases en or  


Cette année, le jury des IAB MIXX Awards a décerné sept Gold. Ceux-ci couronnent autant de campagnes et d'annonceurs différents, et cinq agences.

Zoom sur ces campagnes en or pour VOO, Visit...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier