FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Let's award, par André Reclame

Mercredi 20 Janvier 2016


Let's award, par André Reclame
Le début d’année est toujours l’occasion d’avoir à la fois de bonnes résolutions et de célébrer les succès passés. Dans quelques jours, nous serons tous réunis pour les Merit Awards. Quoi de plus normal donc que de s’interroger sur les remises de prix.
 
Il y a peu, le CCO de DDB Worldwide annonçait non pas la fin des awards créatifs, mais en tout cas la fin d’une culture soi-disant obsédée par ces awards. Changement de paradigme ou bonne résolution vite jetée aux oubliettes, en même temps que l’abonnement de fitness ? Soyons clair : la culture des awards a essaimé dans toutes les industries… On retrouve même le Fleet Manager of the Year.  Et puis y aurait-il de bons et de mauvais awards ? Les Oscar, Cesar, Magritte, Goncourt, Nobel, Pulitzer, Pritzker, Michelin valent-ils mieux que nos Effie ?
 
On veut tout mesurer, tout classer et partager. Dans une société où la concurrence est rude, l’award nous facilite la vie. C’est un label. Il nous permet de trier. Il a aussi pour vocation d’améliorer la qualité d’une profession, de créer un sentiment d’appartenance et de festoyer. Dans tous les milieux professionnels, l’award est l’occasion de se réunir physiquement, de Cannes à Vegas en passant par Knokke et Tour & Taxis. Il permet d’augmenter la valeur marchande de celui qui le gagne, de le rendre "bankable". L'award est généralement accompagné d’un jury, d’un semblant de méthodologie (le plus souvent secret), de contenus, d’un dîner, d’une soirée… Les speechs d’awards n’ont d’ailleurs aucun intérêt, ce qui compte c’est de le gagner. Et l’award n’a de valeur pour celui qui le reçoit uniquement parce qu'il en a également pour celui qui ne le reçoit pas.
 
Ce n’est donc pas le système des awards qu’il faudrait critiquer mais bien le regard que nous posons sur ces awards. L’award est une industrie bien entendu, avec ses propres objectifs économiques, en plus d'être un outil commercial puissant.
 
Bien entendu, nous devons critiquer les awards et leurs possibles effets pervers. Notamment lorsque l’award devient une finalité et non plus un outil qui permet de faciliter le choix. Si l’award est une finalité, on se trompe, il doit être la conséquence ; si l’award devient un accès à la profession et exclut celui qui n’en a pas, on a tout faux également.
 
Oui on doit donc critiquer le système des awards, mais que proposer d’autre pour mesurer la qualité de ce que nous produisons ? On sait très bien que les chiffres de vente ou le succès public ne sont qu’un critère. Une innovation, une idée brillante, une pépite qui annonce une tendance doivent être mises en valeur par des awards. Ils ont un effet accélérateur. Si un award nous permet à nouveau d’accéder au board et au CEO, utilisons-les. Tous les CEO sont au Manager of the Year et à l’Entreprise de l’année. Tous veulent ces awards. Aveuglement collectif ? Non. Nous sommes des être sociaux et nous existons aussi par le regard des autres. Sachant que, comme j’ai pu l'entendre lors d'un award show, le succès est une mesure du passé et que ce qui compte, c’est le futur.
 
D’ailleurs je pense qu’on devrait créer un award du meilleur award.

andrereclameandre@gmail.com



ARCHIVE / AWARDS

JOBS




INTERVIEW

Stéphane Rosenblatt (RTL) : « Les PRA ne suffisent pas pour faire vivre une offre aussi variée et puissante que la nôtre »

Stéphane Rosenblatt (RTL) : « Les PRA ne suffisent pas pour faire vivre une offre aussi variée et puissante que la nôtre »



DOSSIER  



Comment REI continue à faire évoluer #OptOutside  


Deux ans après le succès mondial de #OptOutside, Tim Nudd d'Adweek nous raconte comment la marque REI a capitalisé sur son concept et créé un véritable mouvement de société.

En 2015, la chaîne...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


B2B Awards 2017 : les lauréats  


La quatrième édition des B2B Awards a rendu son verdict. Les jurys Press et Communication, présidés par Alex Thoré (Proximus) ont décerné quatre prix dans la première compétition et 10 dans la...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2017 : les campagnes en or  


Pour la cinquième fois en six ans, TBWA décroche le titre d'Agence de l'année aux Mixx Awards de BAM. Elle remporte trois prix avec Telenet, qui repart avec le trophée de l'Annonceur de l'année,...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier