FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Quel rendez-vous manqué cher Monsieur Thomas !, par André Reclame

Vendredi 4 Décembre 2015


Quel rendez-vous manqué cher Monsieur Thomas !, par André Reclame
Oui quel rendez-vous manqué avec la Belgique, ses créatifs, ses annonceurs, ses agences médias, bref avec notre communauté. Nous nous faisions une joie de vous accueillir avec Eurobest dans notre Etat sans Nation qui, petit à petit, devient aussi une Nation sans Etat. Je me réjouissais de rencontrer les 2.000 délégués venus de l’Europe entière, je rêvais de conférences aussi inspirantes qu’à Cannes, d’un Palais plus accueillant, de fêtes comme seuls nous les Belges savons les organiser, de plages bondées de déjeuners d’affaires (on aurait pu rouvrir Bruxelles les Bains), de Vedett remplaçant le rosé bien trop cher du Majestic, d’un The Hotel transformé en camp de base pour la presse internationale.
 
Alors qu’est-ce qui a cloché à Anvers ? Et bien justement pas Anvers, charmante bourgade provinciale, agréable pour faire son shopping le samedi. Pas l’ambition d’Anvers et des Anversois qui n’a d’égale que celle du Parisien. Pas les moyens d’Anvers mis à votre disposition pour vous allécher. Vous auriez dû vous en méfier : vous payer pour vous faire venir c’est comme s’attabler à la table d’un restaurant de la rue des Bouchers après vous avoir harangué… vous n’y ferez jamais de bonnes affaires. Nous on sait cela.
 
Non cher Monsieur Thomas, vous n’avez pas compris la Belgique. On vous a mené en bateau. Même si Bruxelles est affublée de tous les maux par la presse française, que Molenbeek est toujours tout près quand on est à Bruxelles, que David Goffin a perdu face à Andy Murray et que nous avons reçu le prix fossile à la COP21, c’est à Bruxelles que cela se passe. Vous ne me croyez pas ?
 
Ce n’est pas de gaité de cœur que chaque jour 300.000 personnes perdent des heures dans les embouteillages pour rejoindre cette horrible ville pour en faire la plus embouteillée d’Europe. Pourquoi pensez-vous que des navetteurs prennent quotidiennement les trains vétustes et en retard de la SNCB dans des gares indignes d’une capitale pour rejoindre le Pentagone ? Pourquoi les wallons utilisent-ils le TEC plus souvent en grève que roulant, pour rejoindre les confins de la capitale ? Pourquoi les chauffeurs flamands De Lijn demandent-ils une prime de risque de 50 euros pour traverser ses coupe-gorges ? Pourquoi 25.000 fonctionnaires européens viennent-ils  travailler dans des bâtiments hideux, pour des institutions inefficaces, opaques, au lieu de rester peinard à Rome, à Paris ou à Madrid ?
 
Nous avons tout fait pour ne pas être à la hauteur, pour avoir la paix, vivre tranquille entre zinneke, continuer à profiter de l’immobilier bon marché, de nos belles maisons de maître (on a même essayé de toutes les détruire) ; on vient même d’empêcher les gens de venir en ville en barrant la ville en deux avec un mur subtilement baptisé piétonnier, et on va même condamner le seul stade qui a une vie encore bruxelloise pour construire notre stade national en territoire flamand qui veut la fin de la nation. On aura tout essayé pour faire fuir tout le monde de Bruxelles. Rien n’y fait ! C’est ici que cela se passe.
 
Si tant de personnes viennent travailler à Bruxelles c’est parce que tout simplement c’est au milieu de ce petit pays. On peut y venir chaque jour de Liège, Gand, Anvers, Paris, Londres, Francfort… en une journée pour y bosser, se rencontrer, créer, imaginer l’Europe, défendre nos idées, manifester, se réunir, organiser des sommets de chefs d’Etats.
 
Oui Monsieur Thomas, les apparences sont trompeuses. Mais nous les Belges, nous ne sommes pas des gens d’apparence. Chez nous tout se passe à l’intérieur, tout se mérite. Il faut découvrir Bruxelles. Derrière sa laideur apparente se trouve une beauté à qui sait prendre le temps de la découvrir. Passer la porte des galeries d’art qui ont depuis longtemps remplacé les musées, aller au Wiels, à Bozar, sortir au Cat Club, au Bar Rouge, loger au Zoom Hotel, flâner place Brugmann, zwanser au café Belga…
 
On n'est pas des gens compliqués, on s’en fout de la grandeur de notre capitale, on laisse cela aux Parisiens et aux Londoniens. On préfère une petite capitale et des grandes maisons pour vivre que le contraire. Oui, il y a des gens qui vivent ici. Bruxelles c’est même un peu notre bureau. C’est au milieu, c’est fédérateur.
 
Et pour notre communauté c’est la même chose. C’est ici que cela se passe. Vous devriez le savoir: on travaille quasiment tous ici. Donc, on va aux events de boulot ici, on fait notre networking ici.
 
La prochaine fois demandez aux Anversois de vendre la candidature de Bruxelles.
 
On ne vous en veut pas Monsieur Thomas, vous revenez quand vous voulez.
 
andrereclameandre@gmail.com
 

Un projet marketing en tête ? Rechercher une agence


ARCHIVE / AWARDS

JOBS


INTERVIEW

Anne-Sophie Vilain : Comment l'UBA Academy soutient le succès des décideurs locaux

Anne-Sophie Vilain : Comment l'UBA Academy soutient le succès des décideurs locaux



DOSSIER  



Plus d'écrans, plus d'opportunités ?  


Le nombre d’écrans dont nous disposons pour consommer du média a augmenté de manière exponentielle. A la lumière des enseignements du récent Media Vision Day du GRP, dédié à cette thématique, nous...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


High (Ad) Tech  


Retour sur le dernier Festival de Cannes, qui s’est achevée sur un constat : le rôle prépondérant joué par les entreprises technologiques. En témoigne le succès croissant des Innovation Lions.

en savoir plus

Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Google DNI : Une offensive de charme de plus de 150 millions d'euros  


Jusqu’au 11 juillet, les éditeurs peuvent de nouveau déposer un dossier auprès de Google en vue d’obtenir une aide financière pour leurs projets innovants. C’est en effet pendant cette période...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier