Logo Media Marketing

Visit mm.be

NL

Creativity news

6/10/2018

Inspiration

Les sources d'inspiration de Kathleen Weyts (Panache)

Cela fait plus de vingt ans que Kathleen Weyts travaille dans l’art, pour différents musées et centres culturels. En 2014, elle décide de fonder sa propre organisation, Panache, pour conseiller et épauler diverses organisations et manifestations artistiques en matière de gestion de projets, de stratégie et de communication. En 2016, elle est nommée coordinatrice et co-commissaire du projet "Imagine Europe.In Search of New Narratives: 12 Labs for Europe".coproduit par la Commission européenne et Bozar. Pour ce dernier, elle coordonne et co-commissionne aussi l’été dernier "Somewhere in Between.Contemporary Art Scenes in Europe". Elle planche actuellement sur le projet "Renaissanceen collaboration" avec diverses maisons d’art bruxelloises et coordonne le Contemporary Art Heritage Flanders(CAHF), qui rassemble les musées S.M.A.K., M HKA, Mu.ZEE, Middelheimmuseum, M-Museum et Bozar dans une plateforme de collaboration et de concertation.

Chantal Akerman
 
J’étais encore jeune lorsque j’ai fait la découverte du travail de la cinéaste bruxelloise Chantal Akerman. Ce fut le coup de foudre. Et cet amour n’a jamais faibli depuis. Si son œuvre est également exposée dans des salles de musée depuis les années 1990, je préfère la voir sur grand écran. En 2011, j’ai eu l’occasion de faire personnellement sa connaissance pendant les préparatifs d’une rétrospective de son œuvre au MuHKA. Quel privilège pour moi de passer tout ce temps avec elle, de discuter sur ses films et installations, sur sa vie, sur son histoire familiale mouvementée... 
 
C’est elle aussi qui m’a fait connaître la superbe musique de la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton, ainsi que sa sœur Claire, qui a monté presque tous ses films. En 2016, un an après le suicide de Chantal Akerman, j’ai installé avec Claire Atherton son œuvre d’ESTau Bozar dans le cadre de l’exposition "Imagine Europe". Il s’agit d’un document inestimable sur l’Europe centrale et de l’Est, juste après la chute du mur de Berlin. J’y repense souvent en ces temps turbulents…
 
Arts visuels
 
C’est mon principal domaine de travail et aussi ma grande passion. Je suis très attirée par l’ambiance internationale dans laquelle opèrent les artistes plasticiens et nos institutions, même si c’est surtout le questionnement permanent de la vision du monde et de l’homme qui exerce le plus fort attrait pour moi. La Belgique a vraiment la chance de compter un grand nombre d’artistes de haut niveau. Il est presque impossible de vous citer un nom en particulier. Mais s’il le faut vraiment, alors ce serait Otobong Nkanga. Cette plasticienne d’origine nigérienne crée une œuvre urgente et pertinente. Elle incite le spectateur à réfléchir activement sur des sujets sociaux et topographiques qui influent sur notre cadre de vie. La critique et la confrontation s’accompagnent toujours de l’expression de désirs et de l’espoir d’un monde meilleur.  
 
Ma bibliothèque
 
Les livres jouent un rôle essentiel dans ma vie. J’essaie de lire tous les jours au moins quelques pages, et si possible beaucoup plus. Je lis le plus possible en anglais et en français, parce que c’est la meilleure façon d’enrichir mon vocabulaire dans ces langues. Je m’intéresse peu à la fiction, beaucoup à l’art, bien sûr, mais encore davantage à l’histoire. Des livres comme "The Arabs, a history"d’Eugene Rogan ou "Lost nobility"de Douglas Smith sur le déclin de l’aristocratie russe, "Rebel Land" de Christopher de Bellaigue sur les peuples oubliés de Turquie. Ils ne fournissent pas seulement des clés pour comprendre un passé lointain ou récent, mais aident en outre à cadrer les événements mondiaux actuels. Des penseurs comme Hannah Arend, Frantz Fanon, et plus récemment Amin Maalouf et Kwame Antony Appiah, façonnent et nourrissent constamment ma pensée.   
 
John Coltrane
 
Je suis une passionnée de musique. Comme pour les livres, je ne peux pas m’en passer ! J’écoute presque tout : du classique au disco, de la musique minimaliste à la rumba congolaise. Mais j’ai tout de même une prédilection pour le jazz. Je suis une inconditionnelle de John Coltrane. Sa musique me détend, c’est une forme de méditation pour moi. En plus d’être un artiste novateur et influent, Coltrane m’inspire aussi par sa vie engagée. Son activisme était l’activisme d’un cosmopolite. Son interprétation de "Peace on Earth" à Nagasaki lors de sa tournée historique au Japon est un rappel inoubliable du pouvoir de guérison de la musique et de l’art en général devant les drames de l’existence humaine. Un véritable baume pour l’âme.
 
Ryszard Kapuscinski 

J’ai lu tous les livres traduits en néerlandais et en anglais ce de journaliste polonais, malheureusement décédé entre-temps. J’espère que l’on finira par traduire et publier le reste de ses œuvres. Il a élevé le journalisme de reportage au rang de littérature et a livré le compte rendu de plus de 20 coups d’Etat et révolutions dans le monde entier, en suivant notamment tout le processus de décolonisation de l’Afrique. Ses récits sur la chute de l’empereur d’Éthiopie Haile Selassie et plus tard du shah d’Iran, mais aussi sur l’implosion de l’Union soviétique, relient les grands bouleversements historiques à la vie des gens ordinaires. Kapuscinski n’est pas l’homme des beaux discours, mais des histoires humaines et éclairantes. Son œuvre est selon moi le meilleur remède contre le nationalisme et la montée en puissance du populisme.

Filter by category