Logo Media Marketing

Visit mm.be

NL

Creativity news

6/10/2018

Exhibition

Anne Petre (ING) à propos de "Revolutions"

A partir du 24 octobre, l’ING Art Center accueillera une exposition très attendue : "Revolutions - Records & Rebels - 1966-1970". Elle offrira un tour d’horizon d’une période inoubliable de l’histoire qui a révolutionné notre vie dans différents domaines. Plus qu’une simple exposition, cette initiative se veut une expérience totale qui ne s’adresse pas seulement aux nostalgiques, mais qui a aussi pour ambition d’alimenter la réflexion des visiteurs sur le monde de demain. Anne Petre,Curateur de l’ING Art Center, qui a collaboré à la version belge, ne cache pas son enthousiasme.
 
Comment ce projet a-t-il vu le jour ?
 
L’exposition existait déjà et a été constituée à l’initiative du prestigieux V&A de Londres. Elle s’inscrit parfaitement dans la mission que l’ING Art Center s’est assignée en associant plusieurs formes d’art qui reflètent des phénomènes socioculturels. Tous les domaines abordés dans l’exposition sont des thèmes qui nous tiennent à cœur depuis des années. D’autre part, sa dimension interactive permet de faire plonger réellement le public au cœur de cette période à la fois cruciale et fascinante. 
 
Vous n’avez pas repris tel quel le concept présenté au Victoria & Albert Museum, mais vous y avez ajouté plusieurs éléments belges. Lesquels exactement ?
 
Tout d’abord, nous avons adapté le concept de l’exposition à notre espace, qui est configuré différemment que le V&A. Ensuite, nous y avons intégré une centaine de pièces belges issues de différentes disciplines : la mode bien sûr, avec des pièces de Bobbejaan Schoepen, collectionneur de Nudie Suits, et les robes crochetées d’Anne Salens ou encore les tenues extravagantes d’Yvette Lauwaert, qui a puisé son inspiration aux quatre coins de la planète. 
 
La photographie belge est également mise à l’honneur avec Herman Selleslags, qui a réalisé des portraits de nombreuses stars internationales loin des projecteurs. Il va sans dire que différents événements historiques, tels que "Leuven Vlaams", sont aussi abordés, de même que l’apparition des festivals dans notre pays, avec le célèbre festival d’Amougies, organisé au milieu d’un champ, qui a attiré à l’époque des milliers de hippies dans ce village minuscule. Cette "faune" constituait en elle-même une attraction. Nous illustrons aussi le célèbre Jazz Bilzen, pour ne citer que quelques exemples. 
 
Enfin, l’exposition propose une série d’affiches collectionnées dans les années 1960 par le président de la Banque Lambert, Léon Lambert, qui ont pour thème le Summer of Love et ont été réalisées dans le typique style psychédélique de l’époque.
 
"Revolutions" ne se contente pas de montrer, il veut aussi associer le public par une approche interactive…
 

En effet. Cette période de la fin des années 1960, si particulière sur le plan socioculturel, est présentée à l’aide de quelque 400 objets. Des casques Seenheiser permettront en outre aux visiteurs d’écouter des tubes de groupes légendaires tels que The Beach Boys, The Beatles, The Rolling Stones, The Who, Janis Joplin, etc. Grâce aux vidéos et fragments sonores, qui restituent dans leur contexte les pièces exposées, le visiteur sera véritablement immergé dans l’époque en question.
 
Qui cette exposition peut-elle intéresser d’après vous ?
 
Beaucoup de monde ! Le volet "flower power" décrit les idéaux, aspirations, utopies et la soif de liberté typiques des sixties, mais aussi le militantisme et les manifestations contre l’establishment.  Toutes ces révolutions culturelles, sociales, artistiques et technologiques, qui se sont produites entre 1966 et 1970, ont façonné notre mode de vie actuel et continuent à influencer le regard que nous portons sur l’avenir.
 
Cette période a jeté les bases de notre société de consommation, notamment par l’octroi de crédits. Le secteur publicitaire s’est développé à grande vitesse et les mass mediaont connu un formidable essor. Ces médias ont généré des résultats d’audience très élevés et ont ainsi accéléré le temps d’assimilation des nouveaux phénomènes, un peu comme l’Internet aujourd’hui. 
 
Les idées de l’époque sont encore importantes de nos jours. Nous vivons dans une "société du spectacle", où les gens accordent plus d’importance à l’apparence qu’à la réalité elle-même. D’autre part, je pense que cette exposition peut ouvrir les yeux des jeunes en leur expliquant le pourquoi des luttes menées à l’époque pour acquérir des droits qui nous semblent une évidence aujourd’hui. Et en leur montrant que l’idéalisme, la mobilisation pour un mode meilleur, peut porter des fruits. 
 
L’art est en mesure de jouer ce rôle en remettant en cause les vérités établies et en nous faisant revivre des événements que nous avions oubliés. Le passé est riche en leçons. Voilà qui correspond exactement à la vocation de l’ING Art Center.

Filter by category